La Queen Internationale : Valenciaga Doll

La Queen Internationale : Valenciaga Doll

Je reçois en interview aujourd’hui, Valenciaga Doll pour la Queen Internationale. Celle-ci nous vient d’Argentine et a bien voulu me parler d’elle ainsi que de la scène locale dans son pays. Bonne découverte à vous.

*****

 

Peux-tu nous dire comment tu as découvert l’univers des DragQueens ? 

J’ai connu le monde du Drag comme la plupart des Dragqueens novices, à travers Rupaul’s Drag Race. Dès que j’ai découvert cela j’ai adoré.

Qu’est-ce qui te plaît dans cet art ? 

J’ai aimé la liberté d’expression, d’audace et d’être qui vous êtes.

Est-ce que quelqu’un ou quelque chose t’as fait franchir le pas ? 

C’était en 2019, l’élimination de Manilla Luzon dans le Allstars 4. Elle était ma préférée à l’époque et la colère m’a poussé à vouloir prouver que je pouvais aussi faire du Drag.

Valenciaga-doll-interview-dragqueens.fr Valenciaga by @fabiovignolles

Tu te souviens de ta première fois en Drag ?

Ma première fois, c’était le 1er septembre 2019, il y a un peu plus d’un an. C’était dans un bar, et j’étais très nerveux et anxieux hahahaha. Je me souviens avoir été frustré par le maquillage, et je n’étais pas satisfait de mon apparence.

Pour parler de Valenciaga, comment la décrirais-tu en quelques mots ? 

Je ne considère pas Valenciaga comme un personnage, mais c’est mon pseudonyme artistique. C’est avec elle que je montre mes expressions et mon esthétique. C’est en faisant cela que je me sens le plus moi-même.

Ton pseudonyme a une histoire ? 

Quand je cherchais un nom de Drag, je n’étais convaincu par aucun, car je ne me sentais pas identifié quand je les entendais. Quand j’ai entendu « Balenciaga » je me suis senti en phase, puisque phonétiquement ça ressemblait à mon nom (mon vrai nom est Valentin). En plus, Balenciaga fait référence à la beauté de la mode, du design, du défilé et du mannequinat. Tout cela me parle beaucoup. J’ai donc décidé de changer le ‘B’ par le ‘V’ (comme mon vrai nom).

Valenciaga-doll-interview-dragqueens.fr

Que t’apportes Valenciaga quand tu l’interprète ? 

Elle me donne de la sécurité, de la confiance, de l’estime de soi et de l’audace. Je me sens belle, inaccessible et adorée par les autres.

Tu es une Drag en Argentine, comment cela est vu dans ton pays ? 

Petit à petit, l’art du Drag en Argentine a de plus en plus d’élan. Bien qu’il ne s’agisse pas de la même visibilité ou de la même normalisation qu’aux États-Unis, il développe une plus grande exposition. En revanche les lieux sont peu nombreux et petits, et il n’y a pas beaucoup de soutien de ces espaces (ni en visibilité ni économiquement). Nous continuons à être précaires et lésées face à une relation de travail injuste, exigeante et mal rémunérée.

Est-ce qu’il y a beaucoup de lieux pour que les Queens se produisent ? 

Dans la ville de Buenos Aires même, il y en a plusieurs oui. Après, les endroits pour que les Queens se produisent sont presque nuls dans le reste du pays.

Valenciaga-doll-interview-dragqueens.frValenciaga by @marcbarraza_

Les Drags sont-ils représentés dans la culture du pays comme la télévision ou la musique par exemple ? 

Les Drags sont venus à la télévision argentine à plusieurs reprises, dans divers programmes. Mais en occupant toujours des rôles secondaires. Nous en  avons aussi plusieurs qui font de la musique 🙂

Pour terminer, as-tu un petit message pour les lecteurs ?

Au milieu de cette pandémie, comme beaucoup d’autres personnes, les Dragqueens, Dragkings et autres Drags se sont retrouvés sans une partie ou la totalité de leurs revenus. La fermeture de bars et autres lieux n’a pas aidé. Le salaire qui était toujours mauvais, et désormais inexistant. C’est pourquoi il est nécessaire de soutenir les Drags locales, de votre ville, province et pays. Que ce soit  via les réseaux, de l’envoi d’amour, de conseils, etc. Les Drags, en dehors des États-Unis, et des grands pays du monde souffrent de plus d’inégalités et d’un manque d’opportunités. Il n’y a pas de plateforme qui nous donne la visibilité et la reconnaissance nécessaire, et encore moins un salaire décent pour tout le travail et l’effort fourni.

*****

 

Merci à Valenciaga Doll d’avoir témoigné sur le fait d’être une Drag en Argentine. Vous pouvez la suivre sur son Insta en cliquant ici,

Envie de connaitre la scène locale dans d’autres pays ? N’hésitez pas à parcourir le site ou à lire notamment les interviews de Gōgō Starr d’Islande ou encore de Lolo Benzina des Pays Bas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.