La Queen Parisienne : Mademoiselle Kiss

La Queen Parisienne : Mademoiselle Kiss

Comme une actrice française, la Queen du jour en interview se fait appeler Mademoiselle. En l’occurence Mademoiselle Kiss. Celle-ci évoque son personnage, son côté burlesque et la scène parisienne. Bonne lecture.

*****

 

Pour commencer peux-tu nous dire de quelle manière tu as découvert l’univers des DragQueens ?

J’ai découvert l’univers des DragQueens par l’intermédiaire d’artistes transformistes de ma région (Haute Normandie). J’ai tout de suite été fasciné par le pouvoir du maquillage et du costume. Même si transformiste et Dragqueens sont différents, c’est grâce à leur revue que j’ai découvert cet aspect du spectacle. Ensuite, par Instagram, je suis arrivé sur des profils de Drags françaises, plus particulièrement parisiennes, comme Cooky Kunty, Kam Hugh et Hitsublu. Et depuis je n’ai plus jamais arrêté !!

Qu’est ce qui t’a plu dans cet art ?

Ce qui m’a plu, et me plaît encore, c’est le fait que cet art soit pluridisciplinaire. Bien entendu, on fait appel à des créateurs (perruquier, costumiers, stylistes…), mais on peut également tout expérimenter par sois même. On exerce son corps, on imagine des performances, on travaille nos aptitudes en maquillage… On  crée presque, un nouvel être vivant !

mademoiselle-kiss-visuel-interview-dragqueens.fr Mademoiselle Kiss by @leiayeona

D’aimer à oser en faire c’est différent, est-ce qu’il y a eu un élément déclencheur ?

Oui effectivement. Pour ma part, l’élément déclencheur fut une pièce de théâtre. J’ai participé à une adaptation de La Cage Aux Folles ou je jouais Albin habillé en femme. C’est encore différent que d’être Drag, mais c’est à ce moment que je me suis découvert transformé et où j’ai aimé cela. Je me sentais bien ! (Fun fact : avant cela, l’idée de mettre des robes, chaussures à talons et vernis à ongles me répugnait, comme quoi tout le monde peut changer d’avis !)

Pour nous parler de Mademoiselle Kiss, comment la qualifierais-tu en quelques mots ?

Je dirais qu’elle est cartoony fetish burlesque. Elle aime mélanger classe, glamour et humour avec exagération et coquinerie. Bien sûr, elle apprécie également de jouer avec sa Normandie natale qui l’inspire beaucoup.

Est-ce que ton pseudonyme a une histoire de création ?

Cela va sûrement décevoir mais pas du tout !  Je l’ai choisi suite à l’écoute d’une chanson de L’Eurovision, Miss Kiss kiss bang de Alex Swing en 2009. Le chanteur était accompagné de Dita Von Teese sur scène et je me suis dit que le nom et l’image, le glamour et le raffiné, pouvait me correspondre. Ensuite lorsque je suis arrivé à Paris, cela est devenu Mademoiselle, qui correspondait mieux à l’image frenchy que je souhaite renvoyer.

mademoiselle-kiss-visuel-interview-dragqueens.frMademoiselle Kiss by @seb.b_photographe

Tu es une Queen Burlesque, est-ce que tu peux nous en parler un peu et expliquer ce que cela veut dire pour les lecteurs ?

La plupart du temps on pense au new burlesque, qui est un mouvement féministe et artistique américain pratiqué depuis les années 1990. Il consiste à faire de l’effeuillage avec humour. Pour ma part je n’emprunte que la partie centrale du burlesque, c’est-à-dire l’exagération et l’humour. Ainsi, j’aime créer des looks originaux et glamours tout en apportant un décalage avec la performance. J’aime mixer les univers afin de faire sourire le publique tout en lui vendant du rêve !

C’est un « angle » que tu as choisis de prendre dès la naissance du personnage ?

Fichtre ! Absolument pas ! Au tout début Kiss était réservée, un peu drôle, mais surtout comme un adolescent à la puberté qui cherche qui il est vraiment. C’est surtout après être arrivé à Paris et découvert la diversité du monde Drag que je me suis dit : « Fait ce qu’il te plait, montre qui tu es vraiment ». De fil en aiguille c’est comme ça que je suis devenue burlesque.

Tu exerces ton drag à Paris, quel est ton regard sur la scène de la Capitale ?

Il y a beaucoup de monde ! Malgré cela, la scène Parisienne est très diversifiée, et permet de voir pleins de types de Drags. Elle est également bienveillante et accueillante lorsque l’on débute. Malheureusement les Dragkings eux, ont moins de visibilité et cela est dommage ; car leur travail est tout aussi impressionnant !

mademoiselle-kiss-visuel-interview-dragqueens.frMademoiselle Kiss by @nubiachannn

Est-ce que tu as des projets avec Mademoiselle Kiss que tu aimerais mettre en avant ?

Si la crise sanitaire n’empire pas, je suis censé faire partie d’une revue dans un cabaret Normand. Sinon je suis en réflexion à la création d’épisodes vidéo drôles et didactiques, mais je n’en dis pas plus vous aurez la surprise !

Pour finir, as-tu un petit mot à passer aux lecteurs ?

Avec joie ! Il ne faut pas oublier, et d’autant plus avec la crise sanitaire, de soutenir les Dragqueens, Dragkings, créatures et artistes locaux. Même si cela est moins fun qu’un dragshow, montrez votre enthousiasme sur les réseaux sociaux et ne les oubliez pas ! Sans oublier que je compte vous retrouvez encore plus nombreux qu’avant aux prochains événements pour guincher comme il se doit !

*****

 

Merci encore à Mademoiselle d’avoir accepté mon invitation. N’hésitez pas à la suivre sur son Insta en cliquant ici pour connaitre ses projets.

Vous voulez découvrir d’autres interviews Queens Parisiennes, cliquez par exemple ici ou encore ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.