La Queen Internationale : Electra Ex

La Queen Internationale : Electra Ex

Aujourd’hui je vous emmène en Grèce à la découverte d’Electra Ex qui nous parle de son travail et de la scène Drag locale. Une interview avec des réponses que j’ai trouvé bien écrite et intéressantes, j’espère que vous l’apprécierez également.

*****

 

Pour débuter, peux-tu nous dire de quelle manière tu as découvert le Drag ?

Quand j’avais environ 13 ans, j’ai trouvé l’art du maquillage vraiment intéressant, j’étais aussi très attiré par les parodies youtube de chansons populaires. Alors un jour, je suis « tombé » sur une parodie de téléphone de Sherry Vine de Lady Gaga. J’ai été fasciné par la façon dont un visage masculin pouvait être modifié avec du maquillage et ressembler au visage d’une femme. Puis j’ai commencé à approfondir cet art.

Qu’est ce qui t’a plu dans cet art ?

J’ai toujours été un enfant très artistique, alors voir une forme d’art qui peut en combiner plus d’une ou deux en même temps, a été, et est toujours, fascinante pour moi. Ce qui m’inspire également, c’est le fait que chaque personnage de drag est son propre réalisateur, acteur / actrice, maquilleur, chorégraphe, etc. ce qui demande un dévouement extrême et beaucoup de créativité. Ça me fait respecter encore plus cette profession et me défier en tant que nouvelle reine.

As-tu hésité avant de te lancer ? Est-ce qu’il y a eu un déclencheur ?

En fait, je ne dirais pas que j’ai beaucoup hésité. J’ai commencé très jeune. Mon premier spectacle a eu lieu à 17 ans. Bien sûr, j’y ai pensé beaucoup avant de commencer, mais j’avais l’impression qu’un besoin intérieur en moi me poussait à le faire. Surtout après avoir vu toutes les autres Queens de Grèce faire leur truc et réaliser que, si elles peuvent le faire, moi aussi. Et j’apprécie vraiment l’aide de beaucoup de Drags et surtout de Devi Dharma et Nasty, pour avoir cru en moi dès premiers pas.

Tu te souviens de ta toute première fois en Drag

La première fois c’était donc quand j’avais 17 ans. Je portais mes meilleures bottes plates-formes noires, de longues chaussettes noires et blanches, une jupe noire, une chemise blanche et une perruque grise massive. J’avais du maquillage monochromatique et ressemblais à une étudiante triste d’animé. Je n’avais pas de coussinets, pas de sourcils collés et ne ressemblait en rien à ce que je fais maintenant. Mais c’était décent et je me souviens que lorsque je suis allée au club, l’une des principales filles qui y ont joué m’a demandé si je voulais aussi performer ce soir-là.

Comment pourrais-tu parler d’Electra en quelques mots pour la décrire ?

Je dirais qu’Electra est essentiellement un robot conçu pour agir comme la femme parfaite selon les normes du stéréotype féminin américain des années 50 et 60. Femme au foyer parfaite le jour et la fantaisie burlesque parfaite des hommes la nuit. Etre sur scène depuis seulement 2 ans ne m’a cependant pas permis de perfectionner ce trope. Mais je suis en train de créer de nouveaux projets qui, espérons-le, permettront à ma personnalité de le montrer.

Est-ce que ton pseudonyme a une histoire ?

Le nom de scène Electra m’est venu alors que j’essayais de trouver quelque chose qui se rapporte au fait d’être grec. C’est aussi le nom que mon chanteur préféré avait choisi pour un album basé sur des personnages. Mais cela cache une signification plus profonde pour moi. Electra, dans la tragédie grecque d’Evripidis, était une princesse, fille d’Agamemnon et de Clytemnestre. Sa mère a tué son père pour être avec son amant qui était aussi le frère d’Agamemnon. Quand elle l’a découvert, elle a élaboré un plan pour se venger de son père. Donc, à mon avis, Electra représente la vengeance que les gens veulent souvent. Mon nom de famille «Ex » fait référence à tous les ex petits amis d’amis, et à toute personne sortie de ma vie qui m’a dit que je ne pourrais jamais aller loin. Donc, à mes yeux, le nom que j’ai choisi signifie essentiellement que ce personnage est mon dernier mot à ces personnes qui ont voulu mettre mon esprit bas, et d’une certaine manière, obtenir ma « vengeance » en réalisant mes rêves et en les regardant juste. Cela semble mal d’une certaine manière, mais ma mentalité était vraiment mauvaise à l’époque de la création.

Qu’est-ce que cela t’apporte d’être en Electra ?

Beaucoup diraient libératoire, ou quelque chose du genre. La seule chose que je pourrais dire que je ressens est « divertissante ».

Tu es DragQueen en Grèce, comment cela est vu dans ton pays ?

L’art du Drag ici en Grèce est très inconnu de la plupart des gens. Ils confondent souvent l’art du Drag avec le fait d’être trans, travesti, ou juste un garçon en robe. Il y a des gens qui sont ouverts à apprendre et à observer cette forme d’art, mais leur stigmatisation est toujours énorme.

Est-ce qu’il y a beaucoup de lieux pour que des Drag se produisent ?

Je ne dirais pas qu’il y en a beaucoup, nous en avons cependant. Mais la plupart d’entre eux veulent une sorte de spectacle de Drag traditionnel et excluent les actes plus artistiques ou théâtraux. Cela étant dit, de nombreuses Queens restent au chômage.

Est-ce que les DragQueens sont représentées dans la culture que ce soit à la télévision ou dans la musique par exemple ?

Le Drag est en quelque sorte représenté, mais les gens le présentent simplement d’une manière à ce que le public les perçoive comme le rôle d’un acteur dans une pièce. Nous n’avons pas de personnages Drags à la télévision ou quoi que ce soit. Il est souvent kitch et ridicule. Dans les émissions de télévision, ils sont souvent ridiculisés, et rares sont ceux qui transmettent le message que le Drag est un vrai travail.

Pour terminer, as-tu des projets que tu aimerais évoquer ou passer un petit message aux lecteurs ?

Je suis actuellement en train de créer certaines des chansons que j’écris depuis longtemps, et il y a aussi des projets en cours en collaboration avec d’autres artistes Drags. J’espère que je pourrai apporter quelque chose de nouveau à la scène Drag Grecque et ouvrir des portes aux DragQueens qui ne veulent pas faire du mainstream, mais d’autres types de drag. Merci beaucoup pour l’interview, et à tous les lecteurs : « Ne laissez personne vous dire, vous ne pouvez pas y arriver. Si tu peux le rêver, tu peux le faire. »

*****

Merci encore à Electra Ex pour son temps et sa disponibilité. Σας ευχαριστώ για τις απαντήσεις και την καλοσύνη σας.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.