La Queen Régionale : Safir

La Queen Régionale : Safir

DragQueen, transformiste, chanteuse, animatrice, femme d’affaire et j’en passe, mon invitée du jour Safir est tout cela à la fois. Je vous ai fait découvrir ici il y a quelques jours son premier single et voici désormais son portait afin de découvrir son parcours et son travail.

*****

 

Pour commencer, peux-tu nous dire comment as-tu découvert cet univers du Drag ?

Je suis issue du monde du théâtre, après 6ans en école d’art dramatique, on m’a proposé un rôle d’un jeune homosexuel dans une pièce de théâtre, j’avais besoin de faire des recherches sur le milieu LGBT que je ne fréquentais pas trop et que je connaissais mal à l’époque. Je suis tombé un peu par hasard sur le premier site français dédié au métier de transformiste où des portraits d’artistes étaient diffusés régulièrement. J’étais fasciné par leurs maquillages et leurs tenues. De fil en aiguilles, en surfant sur le net, je me suis mis à faire des recherches sur les artistes qui me fascinaient et j’ai découvert peu à peu les différents styles d’artistes.

 Qu’est-ce qui t’a le plus plu dans cet art ?

Je suis artiste dans l’âme, j’aime créer, fabriquer, imaginer des choses, partir de rien et créer tout un concept autour d’une idée de base. Le métier de DragQueen et transformiste est vraiment très complet en termes de création. Du look, au makeup, en passant par l’univers que l’on se créé, à la musique, notre personnage qui évolue avec le temps et nos humeurs. Le fait de ne pas avoir de limite à la création si ce n’est celle que l’on se donne… me fascine beaucoup. J’adore voir « Safir » mon personnage évoluer au fil des années, de mes envies et de mes humeurs.

 D’aimer à oser franchir le pas, il y a beaucoup, a quelle occasion as-tu fait du Drag pour la première fois ?

Il y a presque 17ans maintenant, je travaillais comme DJ et animateur dans divers événements du milieu de la nuit. Un jour une de mes clientes qui tenait un bar gay à Biarritz m’a proposé une soirée transformiste/DragQueen dans son établissement…et je me suis jeté à l’eau. C’était l’occasion rêvé pour se lancer. La soirée à plutôt bien fonctionné et de fil en aiguille Safir, qui ne s’appelait pas Safir à l’époque d’ailleurs, mais je tairais son premier nom, est nait ! (Lol)

As-tu un souvenir particulier ?

Je me rappellerais toute ma vie de cette première soirée en talons, j’avais un mal de pied de chien, mes perruques n’étaient pas du tout brushinguées, une cata ! (Mdr) Pour ceux qui connaissent mon travail, ce serait impensable aujourd’hui ! Mais je garde un excellent souvenir de cette première, nous nous changions dans les sous-sols de l’établissement dans une salle de bain, nous accédions à la scène par un petit escalier en bois miteux, et le maquillage était plus chargé de paillettes que le pot de paillettes lui-même (mdr). C’est intéressant de voir l’évolution des choses…et surtout ne pas oublier d’où l’on vient, et le chemin déjà parcouru.

Pour parler de Safir, comment peux-tu nous présenter ce personnage et son caractère en quelques mots ?

Safir à un caractère bien trempé, mais très compatissante, elle est imposante, sait se faire respecter, toujours dans le respect, l’amour et la bienveillance. Elle aime les belles choses, le show, mais aime surtout les gens. Sa principale obsession est que tout le monde passe un excellent moment, une belle soirée.

Son petit secret est de faire en sorte de rendre chacune de ses interventions inoubliables, il faut que chaque sortie de Safir soit un véritable événement. Par le rire, les surprises et ses looks. Elle aime aller là où on ne l’attend pas.

 Est-ce que ton pseudonyme a une histoire ? Il me semble que c’est un acronyme c’est bien ça ?

Pendant les 6 premières années de ma carrière j’ai pataugé. Honnêtement, je ne ressemblais pas à grand-chose. Il n’y avait pas de tuto makeup à l’époque sur le net et dans le sud-ouest très peu d’artistes Drags et transformistes pour m’aider. Les secrets et techniques n’étaient pas partagés, du moins je n’ai peut-être pas rencontré les bonnes personnes au bon moment. J’ai appris et évolué seul. Trouver son style de Drag, son style de performance, et son style de look n’est pas évident du tout. J’ai beaucoup souffert durant cette période où j’avais du mal à faire sortir ce que j’avais en moi. Je n’arrivais pas à mettre de mot sur ce que j’étais en tant que Drag. Jusqu’au jour où j’ai compris que l’on ne pouvait pas me mettre dans une case. Je voulais un nom qui me ressemble et qui résume le caméléon que j’étais et que je suis. On me demande souvent dans quelle case je me mets, plutôt DragQueen ou transformiste… Cette question m’agace. Je suis performer, je suis artiste fantaisiste voilà tout !

SAFIR vient de l’acronyme suivant : Spectacle Animation Féerique Irrésistiblement drôle et Ressemblance, je voulais un nom de scène simple à retenir, efficace, classe et androgyne.

Tu es DragQueen, mais aussi transformiste, est-ce que tu abordes les transformations de la même manière ? Où est-ce deux choses vraiment différentes ?

C’est une très bonne question. Le travail n’est effectivement pas le même du tout, mais très complémentaire. J’en aime autant l’un que l’autre. En DragQueen, on attend plus de folie de notre performance, les barrières sont levées, et je pense qu’il faut bien se connaitre pour assurer une bonne performance Drag. On attend de nous un certain esthétisme, plus ou moins d’exubérance, plus ou moins de démence, plus ou moins de coquinerie… mais si on ne se connait pas bien, on peut vite déraper dans le vulgaire, le trash (certains aiment) et attirer d’avantages de moqueries et de dégout que des regards fascinés. Je trouve d’ailleurs les regards des gens très parlant sur la qualité de notre travail lorsque qu’ils nous découvrent pour la première fois en soirée.

Pour la partie transformiste, on se doit de coller à 1000% au personnage interprété, par son makeup de ressemblance, sa perruque, sa tenue mais surtout par son attitude. Le job est beaucoup plus maitrisé et pausé, il n’y a pas vraiment droit au hasard. Travailler autant le drag que le transformisme me permet de tenir un certain équilibre.

Tu as aussi ta troupe, mais surtout un shop avec du marketing à ton nom, vous n’êtes pas nombreuses à avoir cela en France je pense, est-ce qu’il y a une petite fierté personnelle ?

La troupe « Le Safir Comedy Show » existe depuis quelques années maintenant. Nous avons plusieurs spectacles qui tournent partout en France et à l’étranger dont une revue cabaret « Féerie Paradis » avec chanteur, chanteuse, danseuses et transformiste, un spectacle basé sur la ressemblance « Sosie » où nous sommes 4 transformistes, et un nouveau concept que je viens de lancer, de soirée DJ et DRAG pour les bar et discothèques, avec la sortie de mon premier Single « Funky Orgasm » en collaboration avec mon ami DJ LAURENT L.

Pour la boutique, je voulais développer la marque Safir d’une façon ou d’une autre, je me suis dit que ce serais bien d’avoir un e-shop qui relie tous les concepts et shows que propose Safir. Aujourd’hui le shop propose, des articles souvenirs, mais aussi du prêt-à-porter de ville ou de soirée. Des collections très colorées LGBT Rainbow ou plus discrètes, il y en a pour tous les gouts. Des nouveautés tous les mois, des collections présentent toute l’année mais également des collections limitées comme les éventails… Une fierté d’avoir réussi à la mettre en place oui mais c’est surtout passionnant à développer. La Fan-zone plait beaucoup. D’ailleurs n’hésitez pas à visiter la boutique www.safircomedyshop.com.

Tu es basé à Bayonne, est-ce que la scène drag est bien représentée dans ta ville ou la région ? Il y a beaucoup de club ou de scène où les Queens peuvent se produire ?

Non sur Bayonne il n y’a pas vraiment de Drag mais j’ai la chance d’avoir ma résidence au « Jo’s Bar » 9, rue des cordeliers à Bayonne où j’anime tous les premiers dimanche du mois le DRAG BINGO, en début de soirée, et j’avoue que l’on se marre bien… les bénéfices des cartons vendus sont redistribués aux associations lgbt régionales, et le troisième dimanche du mois l’APERO SHOW, en fonction du mois je suis seul ou avec d’autres artistes pour une ambiance cabaret spectacle à l’heure de l’apéritif, une bonne façon de terminer le weekend.

Dans la région en Drag, nous sommes quatre performers ( Freya Kor, Miss Eva et Carlotta Caféine) à travailler régulièrement ensemble pour les soirées LGBT de Carlotta Caféine à la discothèque « La Grande » à Biarritz avec les excellents dj John Attan et Harvey Milk. Des soirées très hautes en couleurs à ne pas manquer.

J’ai également un autre rendez-vous mensuel, cette fois ci du côté de LIMOGES au bar le « COCU » pour la soirée « Pride. » J’adore cette soirée, la clientèle est de qualité, l’établissement et le personnel aussi, l’ambiance aux couleurs Rainbow garantit !

Pour terminer, tu viens de sortir ton premier single, est-ce que tu peux nous en parler un peu ?

Cela fait pas mal d’année que je veux faire de la musique, je travaille le chant depuis 1ans maintenant et un autre titre était prévu pour être sorti en discothèque. Vu l’état actuel des choses avec le covid, j’ai préféré mettre ce projet en stand-by pour le moment et puis DJ LaurentL, qui me suit depuis pas mal d’années sur différents événements, à force de m’entendre faire du live en animation Micro m’a proposé de mettre tout ça en forme sur un titre, et « Funky Orgasm » est né. Après 6 mois de travail. Nous l’avons présenté il y a quelques jours au Jo’s Bar à Bayonne. Un titre évocateur et coquin destiné au public lgbt.

Celui-ci fait partie du nouveau concept DJ/DRAG que je propose aux établissements bars et discothèques .. Un concept complet, unique de soirée avec DJs, Divers Show Drag live, boutique… ambiance garantit. N’hésitez pas à me suivre sur mon insta et Facebook safircomedyshow pour découvrir les prochaines soirées.

*****

 

Comme indiqué par Safir, pour tout connaitre de ses soirées et ses projets n’hésitez pas à la suivre sur les réseaux sociaux ou à découvrir son travail sur scène si vous en avez l’occasion.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.