Être une femme et DragQueen

Être femme et DragQueen est le sujet du jour. A ce propos, je me suis entretenu avec Vega qui a bien voulu jouer le jeu de répondre aux préjugés.

Les questions en sont donc volontairement remplies pour qu’elle puisse y répondre. Ce qu’elle a fait sincèrement avec son coeur. J’espère que ses réponses vous plairont autant qu’à moi. N’hésitez pas à laisser des commentaires si cet article vous a intéressé, touché ou même aidé.

*****

 

Peux-tu te présenter en quelques mots, et nous dire comment tu as découvert l’art du Drag ?

Moi c’est Vega, je présente souvent mon Drag comme un alien chic. Mais je suis souvent en train d’expérimenter et chercher ce qui me correspond le plus. Pour l’instant, je dirais que j’aime jouer avec le côté rock, et néon. Et d’un autre côté je suis une Housewife des années 50. J’ai découvert le Drag par RuPaul’s Drag Race (comme beaucoup je l’imagine). Ça a tout de suite résonné en moi. Je ne saurais pas comment l’expliquer mais j’ai senti que c’était ce que j’avais toujours attendu.

Quelle est la différence entre elle et toi, dans la vie de tous les jours ?

Je me suis découvert une confiance en moi très développée quand je suis Vega. Et je pense que le fait d’être aussi différente, dans mon personnage, que dans la vie de tous les jours, m’a permis d’ « oublier» pour un instant, les choses que je n’aime pas chez moi. Au début, c’était un peu un moyen de ne pas être moi, de m’évader dans mes passions. Mais plus le temps avance, plus je remarque qu’entre Vega et Alizée, chaque personnage à quelque chose à tirer de l’autre. De mon point de vue, la vie de tous les jours reste du Drag, on performe constamment en société, dans la façon dont on se présente au monde extérieur.

Vega etre femme et Dragqueen

Tu es une femme qui fait DragQueen, et non DragKing. Peux-tu nous expliquer pourquoi ce « choix » ?

J’ai souvent été pointée du doigt pour mon hyper féminité au quotidien il y a quelques années. Pendant, et à la suite d’une relation abusive, dont je fus la victime, j’exprimais à outrance (d’après la société, bien entendu) les codes de la féminité. Je pense que c’est à ce moment que j’ai développé cette envie d’appuyer, et de jouer, sur les codes que notre société considère comme féminin et masculin. Cela étant dit, j’ai tout de même l’impression d’exprimer un style qui, souvent, est plus abstrait. J’essaye de dépasser ma zone de confort et m’ouvrir à de nouvelles inspirations.

As-tu déjà entendu des réflexions provenant d’autres Queens, ou non, sur ce « choix » ?

Je n’ai jamais reçu personnellement de critiques ou réflexions concernant mon choix et mon art. Cependant, j’ai besoin de souligner que ça ne veut pas dire que la discrimination envers les femmes cis ayant choisi d’être Drag Queen n’existe pas. Cela étant la seule discrimination par laquelle je suis concernée au sein du Drag. Et donc par conséquent, la seule sur laquelle je me sens légitime de m’exprimer, mais il y en a bien d’autres.

Par des témoignages d’autres Queens, je peux dire que l’accueil n’est pas toujours chaleureux, et que certain.e.s pensent encore que Drag Queen est réservé aux hommes cis et Drag King réservé aux femmes cis. Au-delà de ne pas être d’accord, je pense surtout qu’en 2021 il ne peut plus être tolérable de tenir ces propos.

Vega etre femme et Dragqueen

Tu es donc selon le terme souvent entendu une « Bio Queen ». Peux-tu nous dire ce que tu penses de ce terme ?

Tout d’abord je tiens à dire que ce terme devrait être banni. Tout comme n’importe quel autre terme visant à différencier les artistes. Ce terme n’est pas adapté, pourquoi ? Car c’est un terme qui vise à diviser les femmes, à les ranger en catégories. Je ne veux pas être différenciée de mes adelphes. Le Drag est divers, il se doit d’être un lieu sûr. Au-delà même de viser à séparer les femmes cis, des hommes cis, l’utilisation de ce terme résonne en moi comme un moyen de différencier et mettre à part les femmes et les hommes transgenres. Ce qui est inacceptable.

Je pense que l’identité de genre ainsi que l’identité sexuelle d’une personne n’ont pas à être précisées dans la présentation d’un art. Pour moi je suis donc Drag Queen, non Bio Queen. Quoique, je suis cultivée en plein air donc je pourrais peut-être une Queen chez Naturalia ou Biocoop à la rigueur. 😉 merci @beverluxeontheflux pour la blague.

Certains, pensent que ce n’est pas du travail, ni difficile, car de base une fille sait normalement se maquiller. Que réponds-tu à cela ?

Je pense, évidemment que c’est un propos totalement erroné. Il n’y a pas de genre pour la créativité, la technique et l’inspiration. Le Drag n’est pas seulement limité au maquillage. C’est d’abord très différent pour ma part de ce que j’ai l’habitude de faire comme maquillage quotidien. Mes capacités de base en maquillage ne me profitent pas forcément. Aussi, je travaille très dur pour perfectionner mes techniques, trouver des inspirations et me dépasser chaque fois un peu plus. Je réalise beaucoup de choses moi-même, des coiffes, à certaines tenues, en passant par les faux ongles.

Quoiqu’il en soit, je ne pense pas que le maquillage soit inné, peu importe le genre de la personne. C’est comme tout art, beaucoup de travail et d’investissement. Il faut du temps, beaucoup de passion, et pas mal d’argent quand on comptabilise bien tout. En bref, je pense que mes compétences en maquillage viennent du fait que je suis très dure avec moi-même et que je suis passionnée par cela. J’en fais maintenant mon métier. Et non du fait que je « sois une fille ».

Vega etre femme et Dragqueen

De même pour ceux qui disent qu’avec cette « soi-disant facilité », une femme n’a pas sa place dans un concours Drag car plus avantagée. Qu’as-tu à dire ?

Encore une fois, je pense que le Drag est un art dont on ne peut pas définir la difficulté par le genre ou le sexe d’une personne. C’est beaucoup d’investissement. Il n’y a rien de plus avantageux à être une femme cis. Je ne mets pas moins de temps à me préparer que mes amis étant des hommes cis. Je n’ai pas un budget moins conséquent, et je ne souffre pas moins avec un corset en armatures métalliques ! Blague à part, je pense que toute personne devrait être considérée comme égale aux autres dans le Drag. Cet art a tellement à communiquer et à apporter au monde que le fait de séparer les Drag dans des cases n’est pas pertinent à mon goût.

*****

 

Merci encore à Véga pour ce question/réponse en toute franchise sur Être une femme et Dragqueen. Si cet article ou ses réponses ont pu faire passer un message ou ouvrir les yeux qu’à une seule personne j’en serais déjà ravi.

Si vous êtes arrivé sur cet article grâce à La Briochée et Drag Race France, rendez-vous ici pour découvrir son interview qu’elle m’a accordée en 2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.