La fan des Queens : Leslie

La fan des Queens : Leslie

Leslie est mon invitée du jour dans la catégorie fan des Queens. L’occasion de connaitre un peu ce qui l’a amené vers l’univers des DragQueens et ce qui lui plait dans cet art. Merci à elle d’avoir bien voulu faire cette petite interview.

*****

 

Peux-tu nous dire depuis combien de temps tu aimes l’univers des drags ?

Je m’intéresse à l’univers du drag depuis fin 2018 environ. C’est pour moi un revirement assez important, car avant de m’y intéresser, je voyais le transformisme — féminin, puisque c’est le plus médiatisé — comme une caricature de la femme. Souvent emplie de clichés tels que la blonde un peu bête avec des formes exagérées. De mon point de vue de personne peu familière avec cet univers, mais féministe et fervente alliée de la cause trans, je trouvais que ces personnages « desservaient la cause ».

En creusant davantage le sujet, notamment grâce à l’émission Rupaul’s Drag Race dans un premier temps, j’ai compris qu’en réalité le Drag (dans sa grande majorité) était davantage un hommage qu’une caricature. Cette simple réalisation a tout changé pour moi.

Comment as-tu découvert cela ?

Lors d’une soirée fin 2018, un ami m’a tellement bien vendu Rupaul’s Drag Race (qui avait débarqué quelques mois auparavant sur une plateforme de streaming bien connue) que j’ai commencé à regarder par curiosité. J’ai très vite été fascinée par ces artistes qui sortent de l’ordinaire, tou.te.s plus talentueux.ses les un.e.s que les autres. J’aime toujours beaucoup l’émission aujourd’hui, notamment les versions UK, Canada et Hollande, qui lui apportent à mon sens une vraie fraîcheur. A quand la version française ? 😉 Je pense cependant que RPDR serait encore plus riche de sens si les autres types de Drag y étaient davantage représentés.

interview-fan-des-queens-illustration-dragqueens.fr Souvenir de Leslie à sa toute première Jeudi Barré avec L’Assemblée

Qu’est-ce qui te plaît dans l’art du drag queen ?

Sans hésitation : le charisme et la confiance en soi que les Queens dégagent.  Lorsqu’un.e artiste drag entre dans un bar, l’effet est immédiat ; c’est un peu comme si une licorne avait passé la porte. Les regards se tournent spontanément vers lui/elle, les yeux s’ouvrent grand, etc. Pour une personne comme moi, qui aimerait avoir beaucoup plus confiance en moi, c’est fascinant !  D’ailleurs, les Queens avec qui j’échange m’ont presque toutes confiées que le Drag les avait également beaucoup aidé à ce niveau. Certain.e.s étaient même très timides ou avaient peur de parler en public jadis, etc.

L’aspect multitâches du Drag me plaît beaucoup également : c’est un art qui regroupe à la fois le maquillage, la coiffure, le stylisme pour celles et ceux qui créent leurs propres tenues. Ca demande de gérer son emploi du temps et ses bookings, et aussi bien sûr un gros travail de comm’ pour tenir leur page d’artiste (instagram ou autre). Le nombre de jours et d’heures investis dans tout cela est assez astronomique et me rend admirative !

Est-ce que tu as déjà assisté à des spectacles de drags en live ?

J’ai eu la chance d’assister au live de Werq the World à Paris, en Mai 2019. Puis j’ai commencé à aller à des shows parisiens quelques mois plus tard, avec l’ami qui m’avait fait découvrir RPDR d’ailleurs : la Drag Me Up et la Jeudi Barré notamment.

Habitant à Orléans (a.k.a « ville du néant », pour le drag aussi malheureusement !..), j’avais par ailleurs pour projet en début d’année d’y monter une soirée Drag. Les deux artistes Drags à qui j’avais proposé de performer étaient d’accord pour rejoindre le projet, j’étais en pleine négociation avec des bars, j’avais commencé à designer le logo, étant graphiste de profession… Puis la première vague de COVID-19 a tout balayé du jour au lendemain. J’espère pouvoir relancer le projet rapidement, si la situation le permet !

As-tu déjà essayé toi-même une transformation, ou serait-tu intéressé un jour ?

Par curiosité, cela me plairait de voir à quoi je ressemblerais en Drag ! Cependant vu le prix des produits et tenues, et le temps passé, je ne demanderai jamais à un.e artiste de le faire gracieusement.  En tout cas, si l’occasion se présente un jour, je serai au rendez-vous.

interview-fan-des-queens-illustration-dragqueens.fr Souvenir de Leslie au quart de finale Clash of tatas avec Maryposa et Kam-Hugh

Quel serait ton nom de Drag, y as-tu déjà réfléchis ?

Je n’y avait pas réfléchi jusque-là, c’est donc l’occasion :).  Spontanément, mon prénom Drag serait probablement Lyra, car j’ai été beaucoup marquée par la trilogie A la croisée des mondes lorsque j’étais ado. Et pour le nom de famille : celui de ma Drag Mother, si l’une d’elles me prenait sous son aile.

As-tu une Drag que tu aimes particulièrement et pourquoi ?

Il y a plusieurs Queens de RPDR que j’apprécie beaucoup, notamment Raja, Violet Chachki et Aquaria.  Au niveau de la scène drag parisienne, j’ai eu le coup de cœur pour Freya Kor. Pour son esthétique bien sûr, mais avant tout pour sa personnalité, toujours un peu râleuse sur les bords (je crois que je me reconnais là-dedans !). J’aime beaucoup également Mademoiselle Kiss, qui est excellente performeuse sur scène, et qui je pense, ira loin.

Et parce que la scène Drag française ne se résume pas à Paris : je suis aussi beaucoup l’actualité de Maryposa, une Queen extrêmement magnétique qui performe à Bordeaux.

*****

 

Merci encore à Leslie. Si jamais vous êtes sur Orléans et que vous avez envie de lui proposer une petite transformation ou l’aider dans son projet de soirée, prévenez-moi.

N’oubliez pas que pour apparaitre dans cette rubrique, il suffit d’aimer les DragQueens, sans en faire soi-même, et de me contacter directement par mail ou via les réseaux sociaux. Vous pouvez retrouver d’autres « témoignages » ici ou encore ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.