L’invité spécial : Philippe Quintin-Stern

L’invité spécial : Philippe Quintin-Stern

Annulée en raison des contraintes sanitaires actuelles, le spectacle mêlant gastronomie et DragQueens intitulé KingChefs and DragQueens s’est réinventé pour devenir un musical bistronomique le temps de 2 soirées les 14 et 28 octobre prochains Aux Belles Poules.

Afin d’en savoir un peu plus sur ces folles soirées qui vous attendent, j’ai eu le plaisir de m’entretenir avec Philippe Quitin-Stern, le créateur, producteur et MC de ce spectacle.

*****

 

Ex-journaliste reconverti en Master of Ceremony, pouvez-vous nous en dire plus sur votre univers et votre carrière ?

J’ai travaillé surtout dans la presse. D’abord pour des féminins à chroniquer le cinéma et réaliser des interviews de people, puis pour la presse déco/design en signant des reportages, et enfin pour la gastronomie à travers un magazine, le Bottin Gourmand, dont j’ai été le rédacteur en chef. 3 fois des cycles de 8 ans, c’est un signe 😉

J’ai grandi dans la parenthèse enchantée des années 70/80. Du coup, mes univers sont joyeux, remplis de bonne humeur et de destinations d’ailleurs, avec du glamour, beaucoup d’humour. Maintenant, j’aime bien certains écorchées vif-ves comme Gainsbourg à la chanson, Lynch et Truffaut au cinéma, Mapplethorpe à la photo, Bacon à la peinture, Pina Bausch à la danse. Mais je revendique aussi mes univers populaires : Marvel et Disney, Dallas et Dynastie, Cloclo et les Village People, Farrah Fawcett Major, Donna Summer, AbFab, Coluche, Sylvie Joly, Jacques Demy…

Vous êtes le créateur et producteur de KingChefs and Drag Queens. Comment vous est venu ce concept inédit ?

Ça nous est tous arrivé ! Un dîner délicieux dans un restaurant, mais avec une ambiance mortelle d’ennui. Et l’inverse : une ambiance d’enfer, mais une bouffe catastrophique pour rester poli. Combiner les deux points, s’amuser follement et se régaler divinement en même temps, ça impliquait que je raconte une histoire. Un chef est un roi de la cuisine. Il fallait trouver une reine à la hauteur. Vous avez deviné ? une DragQueen ! Voilà comment la mayo est montée. Et je voudrais saluer Eric Guérin qui a été mon premier soutien.

Philippe Quintin-Stern interview dragqueens.frPhilippe ici avec Sublyme

Comment s’est passé le processus pour former ce GirlsBand ?

Assez simple, plutôt rapide. Je suis sorti pour voir et rencontrer la nouvelle génération de DragQueens. Parisien, j’ai connu leur première heure de gloire dans les années 90 (avec les débuts de Rupaul) en pleine folie house au Queen, et l’été aux soirées de feu la Piscine Deligny. Pour constituer la troupe, les filles se sont cooptées entre elles. Je voulais créer une dynamique, qu’elles se connaissent déjà, qu’elles s’apprécient et se respectent mutuellement. Ce DragQueens Band est une famille qui grandit, évolue, s’agrandit au fil de temps, mais pour l’instant, je reste concentré sur mes 9 guuuuuurls pour les shows à venir.

Comment avez-vous présenté le projet aux Chef-fes gastronomique ?

Trois génies du salé au sucré, le cuisinier Guy Savoy, la pâtissière Claire Heitzler et le chocolatier Jacques Genin m’ont répondu en substance la même chose : « T’es encore plus dingue que moi ». Les chef-fes dans l’excellence cachent bien leur jeu. Car, oui, ils et elles sont généralement bien frappées. Par leur soif d’inventivité, de perfection. Vous ajoutez à cela leur besoin viscéral de partager. Et vous achevez le tout, avec un bon syndrome de Peter Pan. C’est le point commun entre chef-fes et dragqueens :  scotché-es en enfance, avec cette notion de liberté totale. C’est trop bon de les voir s’éclater ensemble.

Quel sera votre style de maitre de cérémonie ?

Il y a trois styles qui me parlent et se ressemblent sur de nombreux aspects : le master of ceremony de la série culte Pose, Jean-Marie Rivière qui fut dans les années 70/80 le directeur de l’Alcazar ou du Paradis Latin surnommé « l’entrepreneur de travelos publics » et, ma troisième source d’inspiration, car en réécoutant ses lancements de numéros, c’est une pure leçon d’entertainment : Kermit la grenouille, dans l’immortel Muppet Show.

Philippe Quintin-Stern interview dragqueens.frPhilippe ici avec Alice Psycho by ©Jean-Ranobrac

Les spectacles reprennent petit à petit, comment vous sentez-vous avant la première du show ?

Très confiant, très impatient, très excité… Tout comme les Girls. Fatalement stressé par l’épidémie qui ne cesse de jouer de sales tours au monde des arts et du spectacle.

Est-ce que ces soirées sont appelées à devenir pérennes ?

Oh que oui, je l’espère. Nous commençons déjà, avec ces deux dîners spectacles dans une plus petite salle (Aux Belles Poules, Paris 2e), avec moins de girls et avec un menu délicieux concocté par la Top Cheffe de Marseille Vanessa Robuschi.

Je vous laisse le mot de la fin pour nos lecteurs :

N’attendez pas ! Et réservez vite pour les dîners spectacles du 14 et 28 octobre, car il faut soutenir le spectacle vivant, surtout s’il est gourmand et extravagant.

 

*****

Comme l’a dit Philippe, n’hésitez pas a regarder pour réserver si ce concept vous tente. Cela se passe Aux Belles Poules au 32 rue Blondel à Paris. On vous parle encore un peu plus du concept avec certaines des Queens ici, ici ou encore ici.

Vous aimez le site ? N’hésitez pas à laisser un petit mot dans le livre d’or ou à faire un petit don en cliquant ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.