La Queen Parisienne : Lady Maxx

La Queen Parisienne : Lady Maxx

La Drag Parisienne cette semaine n’est pas une inconnue ni la dernière venue. Lady Maxx est très régulièrement sur vos petits écrans que ce soit dans des séries ou des émissions et elle est la pionnière dans bien des domaines. C’est un honneur qu’elle ait acceptée mon invitation et pris du temps pour me parler de son parcours et de son travail.

Vous allez voir, Lady Maxx se confie sans pudeur et nous parle sans fard de sa vie, de son art et nous évoque à demi-mot des projets que nous avons hâte de découvrir.

*****

 

Pour débuter, peux-tu nous dire depuis combien de temps tu fais du Drag ?

Je fais du Drag depuis mon plus jeune âge, cette année, je fête mes 20 ans de scène.

Comment as-tu découvert cela à l’époque et qu’est-ce qui t’as donné envie d’en faire ?

Issue d’une famille modeste, j’ai toujours eu des envies d’être quelqu’un d’autre, de pouvoir rêver, de vivre avec la musique, mais je ne savais quoi faire, je n’avais pas de base de danse pour être danseur au Lido, pas assez musclé pour être gogo-danseur, donc très jeune, je me suis construit un personnage qui le week-end était quelqu’un d’autre, un personnage excentrique, qui n’avait peur de rien. Puis, désirant fuir cette vie dont je ne voulais plus et effacer ce passé catholique, je suis monté à Paris avec ma personne et mon personnage, et j’ai commencé à sortir, me faire remarquer.

Ensuite, après quelques sorties en club gay, le Queen, Le Scorp, Les Bains, j’ai découvert des personnages hauts en couleur comme Dario, qui me correspondait le plus, Dita, Tyra, et Mona Lisa, et donc j’ai décidé de convertir mon personnage en Drag. Après, j’ai énormément investi sur des tenues, cours de maquillage, et j’ai créé un personnage commercial s’exportant en province, avec toute la structure commerciale qui va avec, carte de visite, site web, plaquette. D’ailleurs, je fus la 1re Drag à avoir un site web, autodidacte, je me rappelle m’être enfermé 3 mois pour comprendre le fonctionnement du web à son lancement ….

Lady Maxx Interview dragqueens.fr

Te souviens-tu de ta première fois que ce soit chez toi ou en public ?

Bien sûr que je me souviens de la première fois, car je ne le remercie jamais assez, je fréquentais Le Depot, et Geraud le D.A de l’époque m’a proposé d’être en exclus sur ses soirées et sa tournée. Il voulait quelqu’un de fun, nouveau, investi, et surtout pas drag « femme » afin de correspondre à l’univers du club, et pour cette première grosse soirée, j’ai eu la chance de travailler avec Confetti’s

Quel est le style de Lady Maxx ?

Le style Ladymaxx est particulier, surtout avec mon physique atypique, il n’y a pas vraiment de code ou de limite. C’est avant tout la personnalité, avec une règle d’or, ne pas copier et ne pas ressembler à quelqu’un. Étant très large d’esprit avec des inspirations multiples, j’évolue et change constamment. J’ai débuté avec des looks très androgynes, puis des Drag plus féminines, mes looks sont suivant mon humeur, mais avant tout, je m’adapte à la demande du client et n’impose jamais quelque chose, je suis avant tout là pour correspondre au mieux aux attentes des clients.

Je me considère plus comme un clown de nuit. Avec si j’avais un message à faire passer, est que je suis artiste avant tout. Peu importe la vie, la sexualité ou autre et c’est pour cela je pense, en toute modestie, correspondre le mieux à une clientèle variée de tout bord. D’ailleurs, ce qui m’a marqué le plus, c’est un client qui est venu me voir, en me disant je n’aime pas les gays, mais toi t’es pas pareil, c’est con, mais c’est un peu vrai.

Dans ton parcours, tu es la première Drag à avoir fait une téléréalité en 2006. Quel était ton défi en y participant ?

En effet, grâce à Angela Lorente, j’ai eu la chance de pouvoir participer au Royaume sur Tf1. Un peu Kho Lanta mais dans le moyen-âge. Ne sachant pas où j’allais, réfléchir à ce que j’allais faire était difficile. Mais j’avais précisé que si j’avais mes costumes, je sortirais mon personnage, dans le cas contraire, je serais ce que je suis, un homme. Ce qui fut le cas. En découvrant le concept de l’émission une fois sur le tournage, je voulais casser les clichés de la drag Queen, fofolle comme certaines peuvent le penser. Et d’ailleurs je me suis tellement battu, que je suis arrivé finaliste.

D’ailleurs, je suis sorti de cette émission plus fort, fier. Avec la réflexion que oui, j’étais un battant, et peut-être fou (mdr). Et non, je n’étais plus le petit garçon, mince, pauvre, faible.

Lady Maxx Interview dragqueens.fr

On te voit aussi souvent sur les plateaux télés ou même sur le petit écran. Est-ce qu’on vient te chercher ou est-ce toi qui passe des castings ?

Alors il est vrai que l’on me voit souvent à la tv, au cinéma en général. Je suis dans les listings de pas mal de casteurs. Et ayant un personnage qui, je l’espère, plaît, mon côté drôle, accessible, polyvalent fait que l’on me contacte régulièrement. Après libre à moi d’accepter, mais je pense visibilité. Car ne faisant pas ce travail en amateur et ayant 2 sociétés dont une avec mon « frère/sœur », amis, associé Miss Fein, je ne peux me permettre de faire de l’approximatif.

Tu es également transformiste, tu peux expliquer un peu au lecteur si le travail est le même ou pas du tout ?

Transformiste n’a rien à voir avec du Drag. Le Drag est un personnage personnel, qui exerce en club, soirées privées. Transformiste est l’art de calquer une célébrité, homme ou femme d’ailleurs, avec ses costumes, ses mimiques. La clientèle Drag, surtout la nouvelle génération, est habitué à des codes dans des soirées particulières. Mais transformiste c’est du cabaret, et s’adapte d’ailleurs plus facilement à tout type des soirées : une maison de retraite, un congrès d’avocat… Moi qui n’aime pas les codes, après que tu sois Drag, transformiste, androgyne… le principal est de divertir, amuser, faire rêver sa clientèle. Et au mieux, changer les mentalités et les a priori.

Lady Maxx Interview dragqueens.fr

 Tu es parrain d’une association de défense pour les animaux. Peux-tu nous en dire quelques mots ? Tu utilises ta mise en avant en tant que Drag pour défendre cette cause ?

En effet, je suis parrain de la fédération française de protection animale. Et pas uniquement car j’ai toujours vécu avec des animaux. Ce sont bien les seules personnes qui ont été fidèles dans ma vie et ne me déçoivent jamais. Je profite de mon personnage pour défendre ceux qui ne le peuvent pas, ou ceux qui ont besoin. D’ailleurs, j’ai même fait 2 Maillon Faible dont j’avais en charge le casting pour des associations. Et régulièrement je suis sollicité pour certaines causes, mais n’étant pas milliardaires, malheureusement je ne peux être partout. Donc je fais ce qui me correspond le mieux, et me touche le plus.

Pour terminer, je sais que tu as 2 actus télé dont tu ne peux pas trop parler. Est-ce qu’on peut avoir juste un petit indice en exclusivité ? 😉

Du coup, en fait j’en ai trois. En effet je ne peux en parler, car les chaînes télé détestent que l’on divulgue avant, afin que la presse ne nous accuse pas d’être des comédiens, de tricher ou autre. Mais vu mon palmarès il est toujours plus difficile d’être mis en avant. De plus, il faut faire la sélection de ce qui est intéressant, et de ceux qui vont se servir de ton personnage pour amuser la galerie.

Mais je peux vous dire que je serais aussi bien à la tv qu’au cinéma. 1 émission en Drag et 1 en transformiste.

1er indice : Spécial Guest / juge dans une compétition

2 : Dalida a été, mais le sera toujours dans nos cœurs

3 : Papy ?? Moi

*****

 

Merci encore à Lady Maxx d’avoir fait un arrêt sur mon site et nous suivrons encore son parcours avec attention.

Vous aimez le site ? N’hésitez pas à laisser un petit mot dans le livre d’or ou à faire un petit don en cliquant ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.