La Queen Parisienne : Dolly Page

La Queen Parisienne : Dolly Page

Elle incarne pour moi beaucoup de choses que j’aime et particulièrement l’univers du glamour. Je suis donc ravi que Dolly Page ait bien voulu prendre un peu de son temps pour être notre seconde invitée de la catégorie Queen Parisienne.

J’espère que cela vous donnera envie de la découvrir et de suivre son univers si travaillé.

 

*****

Bonjour Dolly,

Est-ce que tu peux te présenter en deux mots et nous dire depuis combien de temps tu es DragQueen ?

Bonjour je m’appelle Raphaël, j’ai 24 ans, maquilleur professionnel de profession, grand passionné par la féminité et la beauté, j’ai créé le personnage de Dolly Page depuis 2 ans maintenant 🙂

Est-ce que tu te souviens de ta première fois en Drag ?

Je me souviens encore de mon premier look Drag que j’avais réalisé à la maison pour m’entraîner. Fasciné par le maquillage de Miss Fame depuis mes 17 ans, j’ai essayé de reproduire les merveilles qu’elle réalisait à l’époque sur YouTube. Quant à ma réelle vraie première en Drag, c’était il y a deux ans pour le dragathon de Paris 🙂 J’ai créé mon premier look de pin-up, un mix entre Dita Von teese et Jessica Rabbit.

Comment as-tu découvert cet univers ? Quelqu’un t’a-t-il donné envie de le faire ?

J’ai découvert le drag en 2016 avec RuPaul’s Drag Race, et découvert la scène parisienne grâce à mon ami Le Menestrel qui m’a invité à une première soirée à la Jeudi Barré qui est présentée par la légende parisienne Cookie Kunty. Je pense que le Drag a toujours été en moi, une part de moi, j’ai toujours rêvé d’être une pin-up, de faire du burlesque, vivre ma féminité au grand jour, et c’est le drag qui m’a permis de m’épanouir humainement et me déconstruire de toute frustration.

Tu as un style très féminin, glamour digne des actrices de l’âge d’or d’Hollywood. Tu es allé directement vers cet univers ou ton Drag a évolué avec le temps ?

Miss Fame en est pour beaucoup. Dès mon premier look drag mes inspirations étaient directement liées au vieux Hollywood, c’est l’époque qui m’a toujours passionné depuis la préadolescence, les pageboys, les robes, les silhouettes de l’époque me fascinent. Je suis fasciné par l’esthétique de l’époque, de la vie privée, de la carrière et du bon goût des actrices du vieux Hollywood, en aucun cas les valeurs et mentalités de cette époque. C’est donc naturellement que mon personnage a pris cette direction glamour, car c’est pour moi l’âge d’or de la beauté superficielle, les gaines, les cheveux crantés qui prennent un temps infini à réaliser, les matières, les coupes, l’aspect burlesque et fétichistes des années 1940/50 me rendent fou 🥰.

Peux-tu nous dire comment tu as créé ton nom d’artiste ?

Dolly Page est la contraction de plusieurs références. Dolly est en référence à « doll », poupée en anglais, car j’ai une grande fascination pour les poupées Barbie. Une obsession depuis l’enfance qui n’a jamais disparu. Et « Page » est en hommage à la plus grande pin-up de l’histoire qui n’est autre que Bettie Page, qui est l’autre facette de Dolly. La partie fétichiste, les corsets extrêmes, le latex, les escarpins et talons vertigineux qui me passionnent tant. Page est aussi un clin d’œil au personnage principal d’un de mes films favoris « Les Chaussons Rouges ». J’ai en commun avec le personnage principal la passion dévorante, je suis très passionnelle comme personne. Je serais prêt à donner toute mon énergie jusqu’à l’épuisement, ou pire pour atteindre mes objectifs. Tout comme elle qui meurt de folie possédée par ses chaussons rouges.

Je vois sur Instagram que tu passes parfois des heures à customiser ou créer tes accessoires et tenues. C’est important pour toi de ne pas juste acheter ce que tu portes ?

En effet, c’est très important pour moi que les pièces que je porte soient uniques. Je suis extrêmement pointilleux. J’aime que tout soit parfait et à la hauteur de mes idoles. N’ayant pas le budget et étant perfectionniste, il me semble normal de faire le maximum de chose seul. On est jamais mieux servi que par soi-même 😌❤️

Qu’est-ce que cela t’a apporté ou t’apporte d’être une autre personne sur scène ?

Beaucoup de joie, de poids en moins sur mes épaules. Je me sens en vie, fort, avec une confiance en moi sans faille. Je me sens belle et libre de faire tout ce qui est possible. Grâce à de l’acharnement et des artifices, j’ai pu devenir cette femme qu’on m’a toujours interdit d’être. J’ai le droit à la féminité, moi étant ancien obèse, moqué et insulté toute ma vie, car je ne répondais pas aux critères sociaux-politiques de beauté et de ce qu’est « un homme ».

Dolly m’a permis d’être libre et réaliser mes rêves. Grâce au Drag, j’ai compris que j’étais capable de tout. Que les seules barrières qui m’empêchaient d’oser, c’était moi-même. Que la société nous forme à réduire nos rêves à la baisse et ne pas croire en nous. Dolly a permis à Raphaël de réaliser ses fantasmes les plus fous 🥰💋❤️

Quel regard portes-tu sur la scène Drag parisienne ?

Mon regard ? Je pense qu’il y a énormément de talent à Paris, et du potentiel pour faire de grandes choses ! De grands shows. En général, je trouve que la diversité du Drag à Paris fait que chacun s’y retrouve et que tout le monde a sa place.

Pour finir, tu fais du Drag pour ton plaisir ou tu aimerais « percer » ? Avoir un show récurrent sur une scène ou autre ?

Alors, j’ai avant tout commencé le Drag pour m’amuser. Je me suis pris de passion. Et ce qui était un jeu et maintenant devenu un grand rêve de devenir performer à temps plein et travailler en cabaret. Enfin, du moins, j’aspire à ça 🙂

 

*****

Merci encore à Dolly et on lui souhaite le meilleur pour la suite et ses aspirations. N’hésitez pas à la suivre ou à découvrir son talent sur son compte instagram @dolly__page.

Vous aimez le site ? N’hésitez pas à laisser un petit mot dans le livre d’or ou à faire un petit don en cliquant ici.

One thought on “La Queen Parisienne : Dolly Page

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.