L’artiste invité : Tara McDonald

Tara McDonald, mon invitée aujourd’hui est une chanteuse sympathique et au grand coeur. Elle a notamment collaboré avec Armand Van Helden ou David Guetta. Mais c’est en solo que Tara se hisse régulièrement numéro 1 des classements et se produit dans le monde entier.

Je lui ai proposé une interview pour parler de son engagement auprès de l’UNICEF. Et elle acceptée très rapidement avec la simplicité que je lui connais pour l’avoir déjà rencontré.

*****

 

Pour commencer, quel est ton rapport avec l’univers des DragQueens ?

J’ai toujours été obsédée par l’art des Drags en grandissant à Londres. Les premiers endroits où j’ai pu me produire étaient exclusivement des lieux LGBTQA. En fait, j’ai eu des parents DragQueens, « Miss Pussy » et « Linda Elastica ». Cela a donc toujours fait partie de mon monde et je n’ai rien d’autre que du respect pour les Drag Queens et les Drag Kings. Quand j’ai déménagé à Londres, mes amis m’ont aussi fait découvrir le documentaire « Paris is burning » et à cette époque, à Londres, les meilleurs clubs avaient toujours une Drag Queen comme gardienne de la porte.

J’étais gogo-danseuse – donc j’avais beaucoup d’amis DragQueens. J’ai beaucoup appris d’eux, d’autant plus que j’étais un Tom Boy. Ils m’ont appris à être plus féminine, m’ont donné des conseils de maquillage, etc. À vrai dire, je me suis toujours sentie un peu comme une DragQueen – car le jour, je suis timide, discrète et je dois me transformer en « super-héroïne Tara » pour monter sur scène.

As-tu parfois l’occasion d’assister à des spectacles ou à des représentations ?

Oui, mais pas autant que j’espérais en voir, car je travaille beaucoup et surtout pendant des horaires atypiques. Le meilleur moment pour me connecter et regarder les spectacles est lorsque je me produis lors des manifestations de la Fierté. J’ai découvert Danny Beard à la Winter Pride (Grande Canarie), j’ai adoré sa performance et bien sûr son look. L’un de mes bons amis Tom, de l’université, fait partie d’une troupe de Drags appelée « The LipSinkers ». C’est le dernier spectacle de Drag que j’ai payé pour voir à la taverne Vauxhall à Londres, qui était une nuit épique. Par ailleurs, l’une de mes meilleurs amies, Diva Mayday, est une Drag Queen d’Amsterdam qui fait beaucoup pour la communauté. Quand je suis en ville, elle me traîne dans tous les meilleurs endroits pour assister à des spectacles.

Tara Mcdonald interview Dragqueens.fr

Tu aimerais une transformation un jour pour voir le résultat ?

En fait, je l’ai déjà demandé ! Un de mes amis, Karl Sanchez, est un grand maquilleur. Nous sommes devenus bons amis après qu’il m’ait maquillé pour mon clip vidéo « Money Maker » à Miami. Il est en fait aussi un figurant dans le clip. Vous la connaissez peut-être mieux sous le nom de Nicky Doll – la première Drag Queen française de la RuPaul’s Drag Race de cette année. Nicky m’a promis de me transformer une fois que le Covid sera terminé. Car il vit à New York et je suis au Royaume-Uni. Alors, regardez cette distance !

Je t’ai proposé cette interview pour parler de ton engagement avec l’UNICEF. Comment as-tu découvert cette association ?

J’étais la plus jeune ambassadrice de l’UNICEF à l’âge de 12 ans après avoir remporté un concours de chant européen pour enfants « The Danny Kaye Award ». Je représentais l’Angleterre et il était animé par la légendaire Audrey Hepburn. La meilleure partie de ma victoire au concours a été de voir de mes propres yeux le travail incroyable que l’UNICEF fait pour les enfants. Mon premier voyage international sur le terrain a été de me rendre au Kenya, en Afrique. C’était pour visiter des villages isolés et apporter des fournitures scolaires dont on avait grand besoin.

J’ai également réalisé mon premier clip musical avec l’UNICEF au Kenya. Les enfants que j’ai rencontrés étaient tellement passionnés par l’éducation, ce qui est quelque chose que je considérais comme allant de soi. J’ai pu voir de mes propres yeux comment l’UNICEF peut changer la vie des enfants et aider les générations futures. C’est une expérience qui a touché mon cœur et qui a changé ma vie pour toujours.

Et tu t’es engagé à nouveau à leurs côtés en 2016.

J’ai sorti pour la première fois « I Need a Miracle » en 2016. J’ai été honoré quand il a été choisi comme hymne de l’Europride (Amsterdam). C’était un de mes rêves secrets de redevenir bénévole pour l’UNICEF. Et « I Need a Miracle » était la chanson parfaite et la façon naturelle de recommencer notre collaboration. Je suis maintenant une supportrice officielle de l’UNICEF. L’organisation caritative est actuellement confrontée à la pire crise mondiale de ses 73 ans d’existence.

La dévastation causée par le Coronavirus est à une échelle plus grande que la Seconde Guerre mondiale ! Sans vaccin, les enfants les plus pauvres de notre monde ont plus que jamais besoin de notre aide ! C’est pourquoi moi, mes musiciens, les producteurs, nous donnons tous 100 % de nos royalties d’ici à la fin des temps à l’UNICEF. Je suis très fière et reconnaissante à tous les producteurs et DJs d’avoir donné des remixes et de faire partie de ce « projet miracle ».

Tara Mcdonald interview Dragqueens.fr

Tu as organisé un grand événement musical en juillet dernier avec un show en ligne de 8 DJ internationaux. Tout cela pour récolter des fonds. Tu peux nous parler un peu de l’organisation ?

J’ai été époustouflé par le nombre de personnes qui voulaient participer et se produire dans ce projet. La partie la plus difficile était en fait l’aspect technique – à cause des restrictions avec le Covid et du confinement. Je vis dans un quartier historique où l’Internet est tellement mauvais ! Il a fallu du temps pour organiser le concert, car tous les artistes étaient dans des fuseaux horaires différents. Mais nous l’avons fait et nous avons fait un spectacle étonnant et divertissant pour l’UNICEF. C’était fou de le filmer depuis ma salle à manger – car je n’avais pas le droit de quitter ma maison à cause de ce confinement ! J’ai choisi de travailler avec des DJs de différents continents car il s’agit d’une pandémie mondiale : Mosimann (France), le duo gagnant d’un Grammy 3BallMTY (Mexique), le duo Vanillaz (Croatie, Serbie), Sidney Samson & Charmes (Amsterdam), Diego Miranda & WUANT (Portugal).

Est-ce qu’on peut parler d’argent et dire combien ce concert a rapporté ?

Je ne sais pas car il n’y a pas de limite de temps pour que ce concert rapporte de l’argent à l’UNICEF. Ma maison de disques a ouvert un compte séparé où chaque euro va directement à l’association caritative pour la vie (Vous pouvez faire un don en cliquant ici). L’une des principales raisons de cette mesure était la nécessité de reprendre un certain contrôle sur ma vie et de faire quelque chose de positif. Il existe une incroyable organisation caritative appelée « All Out » qui a lancé tant de pétitions incroyables pour aider les personnes LGBTQA dans le monde entier et je suis également bénévole auprès d’elle. C’est une autre façon de se sentir bien en ces temps sombres.

D’autres projets musicaux sont-ils en préparation ?

Oui, j’ai un studio de musique dans ma maison. Je suis tellement contente d’avoir décidé d’investir et de faire de la cave un studio de musique l’année dernière. Maintenant j’y vis tous les soirs. Avant d’avoir des tubes sur des disques, j’étais compositrice à plein temps. Maintenant, j’ai le temps d’écrire à nouveau comme une folle, de faire de nouvelles chansons pour mon projet, des mixs, de présenter des chansons pour des groupes pop européens et asiatiques. Je travaille également sur un projet musical spécial Drag Queen qui est passionnant. J’ai aussi ma société de gestion, Give Me More Music, qui produit aussi des clips vidéo – donc je ne m’ennuie pas !

Tara Mcdonald interview Dragqueens.fr

Un futur album est en vue ?

Je devais sortir un album spécial pour Halloween qui m’a pris trois ans à réaliser. Mais malheureusement, avec le Covid et mon partenaire à l’hôpital qui a subi un triple pontage, il n’a pas jugé le moment opportun pour le sortir. Tous les calendriers de sortie ont été reportés à l’année prochaine. Mais laissez-moi vous dire que j’ai quelques chansons qui font fureur et dont je suis très fière. Je pense que vous verrez une toute autre facette de moi. J’ai hâte de partager cela avec vous.

Et dès que tout cela ira mieux, est-ce qu’on pourra te revoir un jour à Paris ?

Le coronavirus a bien sûr tué mon programme de tournée (« Fuck U Covid-19 ») ! Tout est maintenant à confirmer, ce qui est assez effrayant car j’ai passé 15 ans de ma vie sur la route. Évidemment, j’ai hâte d’y retourner et la France sera définitivement sur la liste des pays en priorité. La France est vraiment spéciale pour moi. J’ai eu tellement d’aventures et d’opportunités folles en travaillant avec David Guetta, en faisant la couverture du magazine français Playboy – ce qui est toujours fou pour moi ! Et être l’ambassadrice de la Marche des Fiertés de Paris en 2014. J’ai une grande histoire d’amour avec la ville de l’amour.

*****

 

Je remercie encore du fond du coeur Tara McDonald de m’avoir accordé un peu de son temps. Si vous ne connaissez pas encore sa musique, je vous invite à la découvrir rapidement. Vous pouvez aussi la suivre sur Instagram pour connaître les dates de ses futures sorties.

Vous aimez le site ? N’hésitez pas à laisser un petit mot dans le livre d’or ou à faire un petit don en cliquant ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.