La Queen Régionale : Darling Millie

La Queen Régionale : Darling Millie

Aujourd’hui, direction Rennes avec notre invitée, la fantasque Darling Millie. Découverte un peu par hasard, je suis vite tombé sous le charme de ce personnage et de son travail et j’espère que cela sera pareil pour vous.

Son amour du drag, la scène locale ou encore son message pour vous, toutes les réponses sont ci-dessous.

*****

 Pour commencer, depuis quand aimes-tu l’univers Drag ? 

Le drag précisément, depuis 3 ans, en 2017, même si je connaissais avant.

Comment as-tu découvert cela ? 

C’est venu petit à petit mais disons que c’est ma rencontre avec « Lysie Day » qui m’a poussé dans le grand bain. En 2017 j’auditionnais pour un court-métrage sur un personnage transgenre M to F avant l’opération et qui chantait dans des bars, je voulais en savoir plus sur le travestissement (je sais la différence entre le drag et la transidentité, c’est juste que Lysie était très « Fish », un terme que j’ai découvert plus tard ahah). Je l’ai contactée par insta, elle habitait à Angers, moi à Rennes, je lui ai demandé si elle serait d’accord de me montrer l’envers du décor… Comment Rémi devient Lysie. Avec sa complice Babette ils m’ont montré pendant 3 jours, les costumes, le maquillage. Ce sont un peu mes « Fairy Gay Mothers ». Finalement je n’ai pas eu le rôle mais j’ai découvert le Rupaul et tout cet art du drag !

A quelle occasion as-tu franchi le pas ? Tu t’en souviens bien ? 

En 2018 un étudiant de la fac de Rennes 2 a monté un projet de spectacle avec des drags (Drag Me Out). Une amie m’a dit « Vas-y ! » j’ai auditionné avec un lyp sinc de « And I Am Telling You », et une chanson plus tard j’étais pris. Comme c’était un projet étudiant et que j’étais un « comédien extérieur » j’ai profité de l’occasion pour me lancer à fond dedans. Créer un personnage, apprendre le maquillage etc. Pendant un an. Entouré de nouvelles « Fairy Gay Mothers » comme @Jazzknowles2 qui était maquilleur chez Kiko à l’époque. Je le trouvais sublime. Le jour où j’ai eu la confirmation que j’étais pris à Drag Me Out j’ai couru à Kiko et l’ai abordé : « Salut, on ne se connait pas mais je trouve ton makeup canon, je viens d’être pris sur un projet drag et je n’ai aucune connaissance en makeup penses-tu pouvoir m’aider ? » je pensais qu’il me snoberait et en fait non, il m’a aidé toute l’année pour les spectacles. Et puis au fur et à mesure Jeanne (@Abysse.westerna) et Léa (@deesse.truction) du show m’ont aidé à me débrouiller tout seul !

De mon point de vue je qualifierais ton drag comme loufoque, gentiment excentrique ou décalé, tout ça se ressemble un peu, vois-tu Darling Millie comme cela ?

Ahaha, en anglais le terme c’est « Quirky » et oui, Darling est comme ça, totalement. Elle est très « Broadway » je me suis inspiré de Kristin Chenoweth, Julie Andrews et Emma Thompson au début. British mais fun. Un peu la tata cool qui te fait du thé, des biscuits et parle pénétration anale en même temps !

Ton « petit plus » est de présenter une émission de recettes sur tes réseaux sociaux, une manière d’allier 2 passions ?

Ça c’est très drôle ! En vrai c’était pour m’occuper pendant le confinement ahaha ! Je ne pensais pas que les gens accrocheraient autant ! Au départ je chante mais des gens qui chantent sur les réseaux, j’imagine que c’est vu et revu… donc dans l’idée je pense qu’il peut y en avoir d’autres mais non la cuisine n’est pas vraiment une passion ahahah ^^ »  Mais Darling peut faire d’autres choses que chanter donc pourquoi pas comme les « Martine » ? Après « Darling cuisine » : Darling bricole, Darling jardine… J’aime surtout m’amuser et détourner donc on verra où ça mène !

Tu fais de la scène, et des vidéos, as-tu une petite préférence entre les 2 ?

La scène ! Je pense que le drag est plus… fort… plus impactant s’il est fait sur scène. La vidéo c’est de la création artistique pour avoir une vitrine et donner aux gens l’envie de voir sur scène. Mais j’adore l’impro et en drag c’est tellement amusant que vraiment je préfère la scène sans hésiter et puis il y a une équipe, mon Kevin (toute personne devrait avoir le sien) qui est mon régisseur… de vie et qui joue avec moi sur scène, Colin, le pianiste qui fait tourner les moulins de mon cœur, Cédric qui chorégraphie, Kilian qui m’illumine….littéralement il fait les lumière. La scène c’est le travail collectif bref j’adore… Même si la première de mon spectacle a été annulée pour cause de pandémie mondiale… On le relancera à la rentrée !

D’autant que le spectacle est proposé avec une conférence animée par Darling herself pour expliquer aux gens le drag, d’où ça vient etc. Personnellement je trouve très important d’éduquer les gens sur « notre » histoire. Donc je le propose de manière fun et interactive mais au moins le message passe 😉

Tu es de Rennes, est-ce que la scène drag est bien représentée dans la ville ou la région ?

A Rennes ça démarre depuis 2-3 ans, je dirais. On est une région très très riche culturellement et d’une tradition assez ouverte entre le rock underground et le Biniou, le spectre est large et les gens sont super ouverts. Mais on voit que ça devient de plus en plus mainstream et c’est cool. J’aime qu’on se dise « ah tiens! des drags c’est sympa pour animer notre évènement ».

Il faut contacter Lady Sgust (une de mes filles) ou encore Giant Jasmine et Eva Porée qui ont beaucoup plus d’expériences que moi, elles ont monté « Dragopole », un collectif où elles sont 6-7 drag de Rennes à performer et on peut venir en guest. Ça fait beaucoup pour la visibilité tout comme Drag Me Out qui se jouait en extérieur.

Est-ce qu’il y a beaucoup de clubs ou de lieux pour des scènes ouvertes ou des shows ?

Pour l’heure je connais « La Fée Verte » un bar où performe la dragopole, il y a le « Mondo Bizarro » aussi et quelques bars mais je pense qu’on n’a pas encore tout exploré… (à suivre.)

Pour finir, as-tu un petit message à faire passer pour les lecteurs ou à d’éventuels pros s’ils lisent cette interview afin de t’aider dans ta carrière ?

Pour ma carrière je suis bien aidé par Broadway French donc suivez-nous sur les réseaux et partagez ahah.

Mais je préfère finir par un message un peu pédagogique : apprenez votre histoire. Il ne suffit pas de mettre une perruque et des talons pour être drag. On n’est pas obligé de militer dans toutes les luttes mais juste savoir pourquoi on le fait, d’où ça vient. Apprenez-vous entre vous, conseillez-vous des livres (DRAG QUEENS, la folle histoire illustrée des vraies queens de Simon Doonan), des films (Paris is burning), des séries (Pose) offrez-les à vos proches quand ils ne comprennent pas pourquoi vous faites ça.  Écoutez « le Lobby » sur Radio campus Paris (dispo sur Deezer, Spotify et tout) ❤️  Et surtout soyez BIENVEILLANTS les un•e•s avec les autres.

 

*****

Merci encore à Millie de nous avoir accordé un peu de son temps. N’hésitez pas à la suivre via son compte Instagram ici et sur sa page Facebook en cliquant ici.

Crédits photos en Darling Millie @Antoineparou et en Mathieu, @Camille_colin79.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.