L’artiste invité : Tonya Loren

L’artiste invité : Tonya Loren

Tonya Loren ! C’est peut-être un détail pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup. La chanteuse de l’une des chansons qui me donnent la pêche et que j’écoute depuis des années, je pense que Let me be a Drag Queen va vous parler.

Ce véritable tube était interprété par le groupe Sister Queen et Tonya a accepté de répondre à mes questions, et me faire ce grand honneur. Je lui ai déjà dit mais, je l’écris noir sur blanc, merci Tonya pour ce cadeau.

 

*****

Bonjour Tonya,

Je suis vraiment ravi que tu acceptes d’être une invitée sur mon tout jeune site.

Tout d’abord, je voulais te féliciter pour cette initiative. Je suis ravie qu’enfin une personne, et de surcroit une DRAG, veuille offrir a tout le monde en FRANCE un site digne de ce nom. Et mettre en lumière tout ce qui se passe dans la DRAGOSPHERE  en parlant de toutes les DRAGS dans leur diversité, et de tout horizon. Celles de PARIS et de PROVINCE d’aujourd’hui et d’hier sans oublier celles qui feront demain.

C’est pour ça que j’ai décidé de t’apporter mon soutien en répondant à ta sollicitation pour cette interview. En tant qu’artiste et surtout EX chanteuse du groupe SISTER QUEEN qui a accompagné tant de DRAG et qui a aussi participé au phénomène DRAG dans les années 90 en musique. Cela avec notre tube en FRANCE et à l’international, LET ME BE A DRAG QUEEN et aussi SATURDAY (numéro un au JAPON) qui a tant fait danser les gens en CLUB. Et qui continue d’ailleurs à accompagner tant de DRAG même encore aujourd’hui. Ce qui me rend toujours très heureuse et fière.

Comment a débuté pour toi l’aventure de Sister Queen ?

Tout a commencé pour moi en 94. Quand les producteurs des SISTER QUEEN  on fait un casting à PARIS où toutes les DRAGS et PERSONNAGES  de l’époque  s’étaient empressé de faire. Et suite à ce  casting 4 personnalités on était choisies parmi toutes les QUEENS. L’aventure SISTER QUEEN pouvait commencer et la naissance du seul GROUPE DE DRAG pouvait faire sa REVOLUTION.

Comment as-tu entendu parler du casting pour ta part ?

En fait pour ma part c’est YAZZ qui fait partie du groupe, mais, qui était un ami depuis pas mal d’année. Originaire comme moi de TOULOUSE, avec qui on avait ensemble lié une amitié depuis déjà quelques années. Cela suite à notre rencontre au mythique SHANGHAI CLUB de Toulouse que tous les clubbers connaissent bien où je travaillais il y a quelques années déjà (mais chut faut pas le dire lol).

Tonya Loren interview dragqueens.fr

Ça a été un vrai phénomène ce titre à l’époque, comment as-tu vécu cette période ?

Ce fut effectivement, en plus d’un vrai tube CLUBBING et surtout FESTIF, un phénomène incroyable. La télévision s’est aussi emparée de nous et nous a propulsées dans tous les médias. Il y avait du SISTER QUEEN partout ce qui était très nouveau pour l’époque. On entendait notre titre LET ME BE A DRAG QUEEN dans toutes les radios, c’était la folie.

Pouvais-tu t’attendre à un tel succès ?

Tu sais, personne ne voulait sortir le titre au départ et peu y croyaient. Mais on n’a rien lâché et nous, on y a cru. Et finalement, on a bien fait non ? Lol (rires)

Ça a mis un gros coup de projecteur sur les DragQueens et sur cet art. Est-ce que tu estimes que tu as pu créer des vocations ?

Oui, c’est clair. Il y avait eu la fabuleuse RUPAUL qui avait fait son tube fin 94 je crois, mais elle était en solo elle. Accompagné du film PRISCILIA FOLLE DU DÉSERT venu tout droit de l’Australie et qui cartonnait aussi dans les cinémas. Pour la première fois, tous les clubs de France hétéro, comme gays, demandaient des DRAG QUEEN en show. Ce qui ne se faisait pas du tout pour les clubs hétérosexuels à l’époque. Donc on a fait naître certainement pas mal de vocations pour certains qui sont toujours là d’ailleurs. Mais c’est vrai que nous, lorsqu’on arrive dans les clubs devant des milliers de clubbers qui chantaient avec nous, notre titre LET ME BE A DRAG QUEEN, c’était hallucinant, et très festif.

Personnellement, j’écoute encore souvent cette chanson et je la chante, je ne suis pas le seul. Ca te fait quoi quand on t’en parle encore aussi longtemps après ?

C’est incroyable de toucher encore des gens avec nos chansons (Let me be a drag queen, Saturday). Mais le but était de divertir les gens et je crois qu’on a bien réussi notre objectif. Ce titre reste maintenant un classique pour la fête et aussi un titre LGBT qui parfois repasse en TV dans des jeux ou accompagne des documentaires sur ces années-là.

Tu as fait depuis une reprise de Niagara. C’était plus par plaisir ou par envie de renouer avec le succès dans le domaine musical ?

Oui j’adorais ce groupe. Et d’ailleurs, quand je bossais au SHANGHAI CLUB, ils venaient nous voir après avoir enregistré pas mal de titre au studio d’enregistrement POLYGONE. Très prisé à l’époque et qui se trouvait à TOULOUSE. Donc quand JACK (Folivores) et CHRISTOPHE (Kofi de marais) m’ont proposé ce projet et cette collaboration (A3PROD) je n’ai pas hésité. Ce fut un super projet et une histoire d’amitié aussi. Mais ce n’était pas du tout en prévision de vouloir absolument rechanter. Mais l’occasion de faire de la scène (BATACLAN etc) et collaborer avec des gens que j’aimais et que j’aime toujours d’ailleurs lol.

As-tu des projets actuellement ? Peu importe le domaine, et si oui, peux-tu en parler ou c’est encore trop tôt ?

Alors en ce moment, c’est un peu compliqué pour nous les artistes. Comme tu sais, nous avons été très touchés par l’épidémie du Coronavirus et à l’heure où je te donne cette interview, nous ne savons toujours pas quand les CLUBS vont rouvrir. Mais dans chaque crise, il faut toujours s’adapter, et je prépare mon futur. Ne vous inquiétez pas LA TONYA n’est pas prête à ranger ses talons et ses perruques. D’autres opportunités arrivent dans des domaines moins Clubbing.

Mais comme tu sais, tant que c’est pas signé lolllll je ne peux pas en parler. Par contre promis dès que je pourrais t’en dire plus, je t’appellerai lollll. Et il y a une chose que je voudrais ajouter et dire à tous ceux qui liront mon ITW, c’est que quoi qu’il en soit CROYEZ EN VOUS et PROFITEZ BIEN DE CEUX QUE VOUS AIMEZ ET QUI VOUS AIMENT ……………….. ALORS À TRÈS VITE POUR DE NOUVELLES AVENTURES ……………… et comme dans la chanson LET ME BE A DRAG QUEEN ……… DRAG IT OUT ……… JE VOUS EMBRASSE TENDREMENT LES AMI-ES.

 

*****

Merci à Tonya pour le temps accordé à cette interview, pour son soutien et sa gentillesse. Quel plaisir de pouvoir revenir sur cette période et ce tube.

Pour être au courant de leurs actualités, vous pouvez suivre les profils Facebook/tonyabarthe et Facebook/yazzsisterqueen et/ou suivre Tonya sur son compte INSTAGRAM/TONYALOREN.

Si vous désirez vous procurer les remixs de Let Me Be A Drag Queen afin de danser chez vous, vous pouvez les trouver sur les plateformes légales en cliquant ici ou ici. Et finissons encore en musique avec l’autre tube des Sister Queen, Saturday.

Vous aimez le site ? N’hésitez pas à laisser un petit mot dans le livre d’or ou à faire un petit don en cliquant ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.