Sharon Spooky, la drag des enfers

Petit tour en Suisse avec la drag Sharon Spooky. Une fois de plus, avec cette artiste, on montre sur ce site que le Drag est un art très vaste et qu’il y a de nombreux pans différents.

Sharon nous parle de ses débuts, de son pseudo, de sa famille drag et de ses projets. J’espère que vous apprécierait faire sa connaissance.

 

*****

Pour commencer, peux-tu revenir un peu sur comment tu as découvert l’art du Drag au début ?

J’ai découvert l’art du Drag il y a maintenant plus de 10 ans au travers du « Rebecca Show » ainsi que des Drag locales. Mon compagnon de l’époque avait découvert le « Rebecca Show » au travers de vidéos postées en ligne. À ce moment, l’art Drag était pour moi similaire au transformisme qui me parle moins. Je n’avais donc pas accroché. Quelques années plus tôt, je faisais des soirées « Cyber Punk » et je ne retrouvais pas cette liberté dans ce que je croyais être du Drag. Quelques années plus tard, j’ai commencé à regarder des émissions comme «Face Off» et évidemment « Rupaul’s Drag race», et c’est à ce moment, que j’ai compris ce qu’était l’art Drag pour moi.

Une personne ou un événement t’ont aidé, ou persuadé, de franchir le pas et de faire du drag toi-même ?

Mon copain ainsi que ma Drag Mother, qui était un ami à l’époque, m’ont poussé vers cette direction. Ils avaient les 2 compris qu’il me manquait une part d’art, car plus tôt dans ma vie, j’avais assisté mon meilleur ami make-up artist Thousand Faces, sur quelques contrats et ça avait réveillé quelque chose en moi. Mon copain m’a très vite rejoint dans l’aventure et est devenu ma Drag sister (Missa Michaels).

sharon spooky dragqueens.fr

As-tu une anecdote ou un souvenir particulier de ta toute première fois en Drag ? En privé ou en public.

Ma toute première sortie en Drag m’a énormément marquée. Je me souviens d’une chose en particulier : THE PAIN. Je ne me rendais pas compte à quel point les artistes donnent de leur personne. Tout me faisait mal ou me dérangeait, le corset, les chaussures, l’anxiété, le make-up et les faux-cils. Je me souviens également du courage qu’il m’a fallu ainsi que des réactions suscitées. Certaines personnes étaient intriguées, voire dégoutées, mais la grande majorité était admirative. Je n’avais jamais ressenti cela.

Comment pourrais-tu présenter Sharon Spooky aux lecteurs ?

Voici un petit texte de présentation que je donne en général aux bars/clubs/théâtres afin qu’ils comprennent mieux mon personnage et puisse m’annoncer correctement :

« Sharon Spooky : Revenue tout droit du premier cercle des enfers, cet être mystérieux saura vous faire voyager, même dans des décors où vous ne préféreriez pas être seul !

Sharon n’est pas seulement une créature d’Halloween. Elle est aussi une superbe plante qui vous intriguera par ses looks originaux et travaillés.

Ses inspirations sont multiples venant autant des films d’horreurs, du monde fantastique que des scènes rock. »

Est-ce qu’elle te ressemble dans la vie civile ou pas ?

Sharon me ressemble énormément. Je ne pense pas changer de personnalité lorsque je suis en Drag. Elle est un peu moins censurée et plus désinhibée, mais reste une créature polie, gentille et agréable. Sharon n’est pas une diva et ne le sera jamais. Elle sait faire avec les imprévus et fait toujours attention aux personnes qui l’entourent.

sharon spooky dragqueens.fr

Ton pseudo a-t-il une origine ou une histoire ?

Mon pseudo a, en effet, une histoire. « Sharon » est un hommage à Sharon Needles, qui m’a fait tomber amoureux de cet art. Grâce à elle, j’ai compris que le Drag pouvait être ce que je voulais, soit plus une créature qu’une reine de beauté. Sharon Needles m’a ouvert une porte et m’a fait comprendre que cet univers est vaste et ses inspirations multiples.

Le « Spooky » est assez évident. Je voulais que mon nom fasse comprendre aux publics qu’ils allaient voir une créature un peu différente. De plus, le terme « Spooky » ne m’enfermait pas trop dans une case « trash » et me permettait quand même une certaine liberté dans mon style et mes performances.

Tu as des looks très divers. Est-ce qu’il y a un style en particulier que tu aimes porter ou présenter sur scène ?

Que dire… Une chose à savoir sur ma personne est que je n’aime pas les cadres, ni les limites. Ce trait de caractère fait que je peux très bien partir sur un projet de make-up, le commencer et partir complètement à l’opposé de mes projections. J’aime présenter des looks soignés et peu conventionnels. J’aime particulièrement porter des looks se rapprochant d’une succube, ou sorcière. En soit, des looks « ésotériques » et sexy.

Peux-tu nous parler un peu aussi de tes prestations ? Est-ce qu’il y a une « pâte » Sharon Spooky ?

J’aime me lancer des défis et ne pas faire plusieurs fois la même chose. Mes performances sont donc très différentes les unes des autres. Je pense que ce qui relie mes prestations reste mon esthétique, ainsi que les émotions que je fais passer sur scène. Je construis toujours un show avec une idée précise, une émotion ou une revendication/dénonciation. J’intègre également souvent un moment de jeu avec le public qui se traduit par une descente de scène pour rejoindre le public un instant.

sharon spooky dragqueens.fr

Tu fais partie de la Mononokini Family, tu peux nous dire qui la compose et comment se passe les collaborations ensemble ?

La Mononokini est une famille proche, aimante, bienveillante, ouverte, qui veut faire découvrir son art, le professionnaliser et l’étendre plus loin. Tous les membres qui la composent ont un univers propre et personnel. Nous sommes tous amis/es et beaucoup de complicités nous lie. Notre famille fonctionne un peu différemment du schéma classique. Si un membre décide de créer sa branche, il continue de faire partie des Mononokini et sa descendance également. Les collaborations sont nombreuses et chaque membre peut donner son avis.

La matriarche de la Famille est donc Princess Yuni Mononokini. S’en suivent ses filles et fils ; Jessica Morgan’s, Irma Frodythe (Notre unique Drag king), Miss Honey Comb et Pepita La Loca. Puis vient ma génération, fille de Jessica Morgan’s, moi-même et mes sœurs, Missa Michaels et Miss Barbara Queen.

Notre famille fait également parti d’un plus grand regroupement d’artistes « La Boykini ». Nous sommes également très proches d’autres Drag, amis/es de la famille, comme Elyssa Fleur et Anthea Stamine avec qui nous collaborons énormément et progressons touxtes ensembles.

Tu es une artiste suisse, comment est ta vision du drag dans ton pays ? Est-ce bien représenté et bien vu ?

Le Drag en Suisse n’est pas très développé, et très peu représenté. Un des objectifs de notre groupe d’artiste est donc de se faire connaître dans une région qui n’a pas encore de terrain de jeu pour nous accueillir. Le cercle des Drags en Suisse est très ouvert et hétéroclite. Notre travail commence à payer, car nous organisons et participons à des événements réguliers comme « Dragâteloises » et « Drag Ta T’Chaux ». Nous tentons toujours de travailler avec des scènes locales et des artistes de la région. Notre fierté est de pouvoir payer les artistes convenablement et sous contrat. Le Drag en Suisse n’est pas toujours très bien venu. Il est donc difficile de trouver des scènes, c’est pourquoi nous organisons ces événements.

Pour finir, comment vois-tu évoluer Sharon dans le futur ? Est-ce qu’il y a un but ou un rêve que tu aimerais réaliser grâce à ce « personnage » ?

Très bonne question. J’ai plusieurs projets et buts qui sont liés à Sharon et à moi-même. Tout d’abord, développer ces scènes en Suisse autant au travers d’événement tel que nous le faisons déjà, qu’à travers d’autres univers comme les soirées Fetish par exemple. J’aimerais pousser l’art Drag plus loin et l’amener à une reconnaissance professionnelle et dans l’art du spectacle. Je pense que Sharon m’aide déjà énormément et m’apporte beaucoup. J’aimerais continuer à développer ce personnage et pouvoir investir plus de temps dans des projets plus grands, plus travaillés et plus gores. Mon rêve est un peu candide mais j’aimerais pouvoir gagner en notoriété avec ma famille élargie d’artistes. Faire une tournée et travailler avec des professionnels tels que des chorégraphes, costumiers et metteurs en scène.

*****

 

Merci encore à Sharon Spooky d’avoir fait un arrêt par Dragqueens.fr pour nous parler d’elle. Une occasion pour que vous la découvriez un peu plus. N’hésitez pas à la suivre sur Instagram ici afin d’être au courant de son évolution.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.