Europa, la Drag mystérieuse

Europa, est une drag queen qui porte bien son nom, comme vous pourrez le voir dans cette interview.

Celle-ci a accepté mon invitation sur le site pour parler de ses débuts, de son parcours et de son collectif. Découvrez-vite ses réponses et faites connaissance avec Europa.

*****

 

Peux-tu revenir un peu sur comment tu as découvert l’art du Drag ?

En grandissant dans le nord du Pays de Galles, ma découverte de l’art du drag a pris du temps. Certes, j’avais entendu parler de Lily Savage, RuPaul et Danny La Rue. Mais ma première rencontre avec un.e drag, c’était à la Pride de Liverpool en 2013, à l’âge de 17 ans. J’étais à la fois très impressionné, mais aussi perturbé, vu qu’il y avait quelqu’un devant moi qui était plus grand. Je mesure 2m06, mais 1m88 à ce moment-là !

Dès ce jour-là, j’ai commencé à rechercher le drag sur Internet, et je suis tombé sur RuPaul’s Drag Race. Quand je suis allé à l’université (à Bristol, en Angleterre), j’ai acheté du maquillage and the rest was history ! Je me suis maquillé un soir sur deux, à minuit dans ma chambre, en créant des looks douteux mais je me suis amusé, quand même !

Une personne, ou un événement, t’ont aidé ou persuadé de franchir le pas ?

C’était pour une compétition qui s’appelle Drag Idol. Motivé par mes ami.e.s qui savaient que je me maquillais, j’ai postulé. Mais je ne me suis pas qualifié pour le prochain tour, disons que j’ai raté mon lip-sync. J’étais un peu naïf, niveau préparation !. Cependant, je suis retourné au bar juste avant le Covid en 2020 pour faire une tournée avec ma maison La Casa. Donc j’ai pu me racheter ! Quand j’ai commencé le drag, je n’avais personne qui pouvait me guider ou me conseiller. C’était plutôt en atterrissant à Bordeaux que j’ai été aidé et soutenu de plus.

Europa interview dragqueens.fr
By @blyss_art

De quelle manière as-tu appris à te maquiller ?

Grâce à YouTube. J’ai commencé à me maquiller en utilisant les produits que soit j’ai acheté, soit j’ai « emprunté » de ma coloc. J’étais, et j’en suis toujours, fasciné par le maquillage noir et blanc, ou monochrome, fait par des artistes tel.le.s que Liquorice Black et Danny Beard (Google them !). Il y avait beaucoup d’essais et d’erreurs, mais j’en suis fier, surtout parce que je cherchais, et je cherche toujours à m’améliorer.

As-tu une anecdote, ou un souvenir particulier, de ta toute première fois en Drag ?

J’ai déjà parlé de ma première fois sur scène, mais c’était sous le nom Legs Legs Legs (très imaginatif). Ma première fois sur scène, en tant qu’Europa, n’était pas prévue du tout. Je suis allée à un show drag de Sasha Velour et Hungry à Bristol, et entre les deux actes, il y avait un peu de participation du public. Il fallait que quatre personnes dans la foule montent sur scène et fassent un lip-sync. J’ai été choisie et j’ai gagné le lip-sync (Wannabe, par les Spice Girls).

En quittant la scène, il y avait Hungry (un.e artiste que j’admire énormément) qui m’a félicité et après le Meet & Greet, on a pu discuter de son travail un peu, de son art, et son univers. Surtout ce qu’iel a créé pour l’album « Utopia » de Björk (et si vous me connaissez, vous savez très bien que j’adore Björk). On aurait dit que j’avais gagné le loto ce soir-là !

Comment pourrais-tu présenter Europa aux lecteurs ?

Europa est… étrange. Sa présence est mystérieuse et émotionnelle, mais à la fois goofy, un peu maladroite. Sur scène, Europa cherche à jouer avec les émotions du public en racontant une histoire à travers sa performance, la musique ou ses paroles. Mais il y a toujours un côté joyeux ou optimiste, bien que le goût de musique soit souvent assez sombre.

Europa interview dragqueens.fr

Est-ce qu’elle te ressemble dans la vie civile ou pas ?

D’une certaine manière, oui. Je pense que beaucoup de drags disent que leur création est une extension de la personne. Je suis tout à fait d’accord. Quand je suis sur scène, Europa me permet de parler aux gens, quand Matthew n’a pas les mots exacts. Je n’ai pas grandi en France : le français, c’est ma troisième langue. Je me sens souvent incompris sur le plan linguistique, mais aussi au niveau culturel. Les interactions sont différentes pour moi ici. Je trouve qu’il est souvent plus difficile de bien connaître quelqu’un à la vitesse que je souhaite. Donc quand je vois que quelqu’un peut me comprendre à un niveau très personnel, à travers une performance, que la personne soit touchée ou émue, c’est à ce moment-là que je vois qu’Europa aide Matthew dans sa vraie vie.

Ton pseudo a-t-il une origine ou une histoire ?

Tout à fait ! Il est bien politique, car j’ai choisi ce nom au moment du Brexit. J’ai perdu mes droits européens ce jour-là. Ça m’a rendu la vie beaucoup plus compliquée, et la pire chose, c’était la réalisation que le Royaume-Uni n’était plus chez moi. Je ne nie pas que l’Union européenne n’a pas de défauts, bien sûr que si. Mais pour moi, le Brexit était le début d’une chute, avec une présence accrue du parti conservateur et de l’extrême droite. Et une perte de la sensibilité humaine. Donc Europa est née pour défier cette décision honteuse et dangereuse.

Tu as des looks très divers. Est-ce qu’il y a un style en particulier que tu aimes porter en photo ou présenter sur scène ?

Je n’ai pas de style particulier que j’aime porter. J’aime l’idée d’essayer des créations qui ne sont pas attendues, soit avec les perruques, soit le maquillage. En revanche, j’avoue que pour un show, j’essaie de faire un maquillage simple et infaillible. Sinon, je prends trop de temps, et je deviens très anxieux ! Au niveau des tenues, j’ai travaillé avec ma sœur Camomille pour créer deux tenues (à ce jour) qui me tiennent à cœur. Je suis très influencée par Florence Welch et Björk, donc je veux continuer à réaliser ces créations dans le futur.

Europa interview dragqueens.fr
By @martheambroisefilms

Tu fais partie de la Casa Drag, tu peux nous dire comment elle fonctionne et comment se passe les collaborations ensemble ?

Oui ! La Casa est une maison drag qui se compose de Camomille, Carmen Santa Cruz, Frida Kihlo, Kitsch, La Présidente, Ren S, Rita Rose et moi-même. Avant la pandémie, on a pu faire beaucoup d’événements comme les shows hebdomadaires, une petite tournée au Royaume-Uni… Ainsi que notre compétition mensuelle qui donnait l’occasion aux artistes de performer sur scène (et qui a été gagnée par Elips).

Depuis la pandémie, on a ralenti un peu, mais on travaille à notre propre rythme. On fait des événements en collaboration avec d’autres associations (par exemple La Maison Eclose, le Grand Incendie etc). Et quand on travaille ensemble, il y a un feeling de soutien et d’amour. Par exemple, pour la fin du mois des Fiertés cette année, avec la Maison Eclose, on a fait une kermesse avec une vente aux enchères, des activités et un show qui racontait l’histoire récente du drag à Bordeaux (à travers les yeux de nos deux maisons).

Tu as proposé en 2020 le projet Untitled (World), est-ce que tu veux nous en parler un peu ?

C’était un projet réalisé par Untitled Queen, qui est basée à New York. Elle a fait une sorte de casting pour les artistes de partout dans le monde pour montrer leur art sur une grande plateforme. Et j’étais choisie pour représenter la France. J’ai donc tourné un clip avec mon partenaire et mes deux chères amies sur la plage de La Salie en Gironde. Le message du clip était sur le Coming Out, et j’ai demandé à mes ami.e.s de me donner la date de leur Coming Out, ainsi que l’émotion ressentie à ce moment-là. C’était une vidéo faite avec beaucoup d’amour, et je suis très reconnaissante d’avoir eu le soutien de mes ami.e.s. Tou.te.s les autres 47 artistes étaient incroyables et leurs performances étaient si riche, culturellement parlant. Vous pouvez toujours trouver le show sur YouTube en cherchant « Untitled World Drag ».

Pour finir, comment vois-tu évoluer Europa dans le futur ?

Europa continuera d’évoluer, mais dans quel sens ; là, je ne sais pas encore. J’aimerais bien me remettre à la création de looks (maquillage etc), car c’est là où j’ai commencé. Cependant, j’ai des projets qui me motivent beaucoup aussi, donc stay tuned…

*****

 

Merci encore à Europa d’avoir accepté de parler d’elle sur Dragqueens.fr. N’hésitez pas à la suivre ici sur Instragram pour connaitre ses futurs projets. Je lui souhaite beaucoup de bonheur et de réussite là-dedans.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.