Jaxie, la Drag Queen conceptuelle

Jaxie est une Drag Queen vivant au Danemark. J’aime sa vision du Drag avec des looks et propositions toujours très différentes et originales.

Je suis ravi qu’elle ai accepté mon invitation pour parler un peu d’elle et vous la faire découvrir.

*****

 

Pour débuter, peux-tu nous dire comment tu as découvert l’art du Drag ?

Pour être tout à fait honnête, je ne savais pas que le Drag existait quand j’étais enfant. Mais je me déguisais quand même avec ma sœur, et je filmais des parodies de clips sur les premières chansons de Britney Spears et Madonna. Donc on le faisait déjà avant de savoir que c’était une forme d’art. Quand j’ai assisté à ma première Pride à Copenhague, j’ai vu les premiers Drag Queens sur scène, et ils étaient incroyables. J’ai vu mon premier spectacle de Drag à l’âge de 17 ans, et j’étais d’accord avec ça, mais je n’ai pas ADORÉ.

Qu’est-ce qui t’a plu ?

Ce que j’ai aimé dans le Drag, quand je l’ai découvert, c’est qu’il s’agissait d’une expression personnelle. Je n’étais pas conscient que le Drag était sans limites à l’époque. Donc je ne suis pas tombé amoureux, car je n’ai pas fait le lien à l’époque, et je n’ai pas réalisé que ce que je faisais à la maison quand j’étais jeune, était compatible avec le Drag.

Y a-t-il un événement ou une personne qui t’as aidé à franchir le pas pour de te lancer ?

Un de mes vieux amis voulait aussi essayer. C’était à l’époque de la saison 6 et de la présence de Milk. J’ai vraiment aimé le style de Milk. J’ai réalisé que le Drag n’était pas seulement une question de beauté et de féminité, mais que cela pouvait aussi être conceptuel, transgresser les règles et être sans limites.

Jaxie interview dragqueens.fr

Te souviens-tu de ta première fois en Drag ? As-tu une anecdote à nous raconter ?

Normalement, je dis toujours que c’était à la Pride avec mes amis. Mais en fait, je l’ai fait quelques mois plus tôt en allant dans un bar gay avec ma sœur et un garçon qui avait le béguin pour elle. C’était vraiment bizarre, parce que je n’étais pas à l’aise avec mon maquillage, et j’avais l’air tellement gamine qu’un type bizarre n’arrêtait pas de me draguer. (Il voulait faire l’amour). Puis je l’ai fait à la Pride quelques mois plus tard, et c’était tellement amusant. 😀

Pour parler de Jaxie, comment la présenterais-tu aux lecteurs ?

Mon Drag est un moyen de canaliser ma créativité et ma folie. Lorsque vous assistez à un spectacle de Jaxie, vous pouvez vous attendre à des looks conceptuels et fantaisistes, et à une variété de façons de divertir les gens. J’aime faire ressentir quelque chose aux gens, que ce soit de la joie, de l’excitation, du dégoût, de la peur ou même de la tristesse. Alors je mets l’accent sur la création de contenus uniques pour mon spectacle, comme des parodies de chansons, des performances artistiques. Et les gens ne savent jamais à quoi s’attendre.

Est-ce un personnage très différent de toi dans la vie civile ?

Jaxie est une extension de Jack. Mais parce que Jaxie est « au travail », je me concentre davantage sur la positivité. Jack et Jaxie aiment tous deux rendre les gens heureux, créer de la joie et partager des rires avec les autres. Cependant, Jaxie a aussi des personnages, comme mon lapin de Pâques allemand, Heidi. Qui est un lapin fêtard qui aime les excréments. J’ai aussi d’autres personnages comme mon chat Chantilly et des personnages cosplay avec des rebondissements, comme une princesse Peach dévergondée, une Minnie Mouse cochonne, et une Paris Hilton encore plus déjantée.

Jaxie interview dragqueens.fr

Ton pseudonyme a-t-il une histoire ou une signification pour toi ?

Jaxie est aussi une extension de Jack. Je l’ai choisi parce que mon ami avec qui j’ai commencé le Drag, et moi voulions nous inspirer de Chicago – Roxy et Velma. Donc j’ai choisi Roxy et je l’ai fusionné avec Jack et j’ai changé le « y » par « ie ».

De plus en plus sur tes photos, j’ai l’impression que tu gardes ta barbe. Est-ce pour des raisons esthétiques ou  » politiques  » ?

C’est une bonne question ! Je l’adore ! En fait, c’est pour les deux raisons. Quand j’ai commencé à le faire, c’était pour des raisons esthétiques. Mais je me suis rendu compte que c’était plus profond. La raison pour laquelle je VOULAIS avoir cette esthétique était que je pensais que les Drags pouvaient porter la barbe. Et plus j’y pensais, plus je me rendais compte que c’était aussi pour un but beaucoup plus grand – un but politique. Je veux briser les constructions de genre que la société établit en défiant les constructions hétéronormatives que de nombreux Drags suivent en réalité. Je veux lancer un débat sur ce qu’est le Drag, sur ce qu’est la beauté, et sur ce qu’est l’expression de soi 🙂

J’ai aussi vu que tu as fait un montage photo comme si tu étais dans le casting de RuPaul’s Drag Race. Aimerais-tu participer à ce concours ou à un autre du même genre ?

HAHAH ! J’ADORE troller les gens ! J’adorerais montrer mon travail sur une plateforme plus grande et plus orientée vers les Queers comme Drag Race. Donc bien sûr, je le fais aussi pour mettre dans l’esprit des gens l’idée qu’un artiste Drag comme moi peut s’intégrer dans ces plateformes.

Jaxie interview dragqueens.fr

Tu es une Drag Queen au Danemark. Comment est perçue la pratique du Drag dans ton pays ou ta ville ?

Le Drag se développe au Danemark, les gens l’acceptent de plus en plus. Cependant, tout le monde n’est pas capable d’accepter mon côté artistique et horrifique. J’ai donc tendance à m’appuyer sur des parodies de chansons lorsque j’ai affaire à un public plus vieux jeu.

Y a-t-il beaucoup d’endroits où l’on peut se produire en Drag ?

Pas encore. Il y avait un bar LGBT appelé G:A:Y jusqu’à ce qu’il y en ait deux avant la pandémie (un autre appelé Cosy Bar est arrivé et m’a booké). Ensuite, pendant la pandémie, j’ai décroché un contrat avec un troisième bar pour faire un one-woman-show (Jailhouse CPH). Mais c’est une lutte énorme pour créer un revenu stable. Cependant, il y a tellement d’autres possibilités d’emploi, comme la Draghouse que nous avons créé, où nous faisons de plus grosses productions, des événements liés à la fierté deux fois par an, des mariages, des anniversaires, des fêtes, du DJ’ing, etc.

Cet art est-il représenté dans la culture du pays ? Par exemple dans la musique ou à la télévision ?

Les Drags travaillent actuellement très dur pour percer à la télévision, dans la musique, etc. Et nous avons une poignée d’artistes qui ont produit de la musique qui a atteint les stations de radio. Nous avons de nombreux Drags qui sont passés à la télévision, comme dans des documentaires et Denmark’s Got Talent.

Enfin, as-tu des projets dont tu aimerais parler ? Ou un petit mot à transmettre aux lecteurs ?

En ce moment, j’essaie de faire une émission mensuelle Odd & Freaky sur Zoom. J’ai aussi mes propres produits sur spreadshirt.dk, que vous pouvez aussi voir en français, je crois… Pour l’instant, je travaille sur ma garde-robe afin de pouvoir être éblouissante lorsque les choses s’ouvrent. Mais je dirai que j’espère que tout le monde prend soin de sa santé mentale et de ses proches.

*****

 

Merci à Jaxie pour son enthousiasme lorsque je lui ai proposé cette interview. N’hésitez pas à la suivre sur Instagram ou à découvrir sa boutique dont nous parlons plus haut.

Si vous voulez connaitre la scène Drag dans d’autre pays, vous pouvez consulter notamment les portraits de Tamara Mascara (Autriche) ou encore Gógó Starr (Islande).

Une réflexion sur “Jaxie, la Drag Queen conceptuelle

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.