Mcenzlee Kash, la drag Barbie

Mcenzlee Kash, la drag invitée aujourd’hui, nous viens d’Afrique du Sud. Avec cette interview nous avons pu discuter de son parcours, de ses inspirations et de la scène drag locale.

J’espère que vous prendrez plaisir à faire connaissance avec elle.

*****

 

 

Peux-tu nous dire de quelle manière tu as découvert l’art du Drag ?

J’ai découvert le Drag dans Rupaul’s Drag Race, mais à l’époque, je détestais ça. Il y avait trop de drame, et c’est tout ce à quoi ça ressemblait pour moi. Jusqu’en 2019. Alors que je voyageais, et que je me produisais, deux des membres de mon équipe me disaient constamment « Tu nous rappelles Brooklyn Hytes ». Ils parlaient toujours du dernier épisode. J’ai fini par regarder la saison 7, et je suis tombée amoureuse de ce que Violet Chachki et Miss Fame apportaient à l’art du Drag. Ensuite, j’ai été scotchée en regardant toutes les saisons que j’ai manquées, et en les rattrapant haha.

Une personne t’a aidé à franchir le cap d’en faire toi-même ?

Les deux membres du casting/amis m’ont convaincu à l’Halloween de 2019, que je devais me mettre en Drag pour la soirée. Et aujourd’hui, je suis heureux que mes chers amis Ray Neo et Danelle Cronjie m’aient convaincu. Parce que maintenant, je gagne ma vie en le faisant.

De quelle manière as-tu appris à te maquiller ?

Comme je l’ai mentionné, Miss Fame et Violet Chachki ont été une grande influence pour moi quand j’ai commencé le Drag. Donc en les découvrant, et en voulant en savoir plus sur elles, je les ai recherchées sur YouTube. J’y ai découvert la série YouTube de Miss Fame, Painted by Fame. En suivant ses tutoriels, et les techniques de maquillage que j’ai apprises en faisant de la danse, j’ai joué et fait des essais, pour voir ce qui me convenait et ce que j’aimais.

Mcenzlee Kash dragqueens.fr
by Siya Sibanyoni

Tu as une petite anecdote sur tes débuts ?

J’ai toujours été un grand amateur de mode, alors j’ai essayé les talons de mes tantes dès que j’en ai eu l’occasion. Et j’ai prétendu être un top model alors que je n’étais qu’un petit garçon de 7 ans. Puis finalement, quand j’ai atteint l’âge de 17/18 ans, j’ai commencé à coudre et à fabriquer des vêtements que j’essayais et modelais pour voir si je les aimais.

Comment nous présenterais-tu Mcenzlee Kash ?

Chers lecteurs, je vous présente la poupée glamour dansante d’Afrique du Sud. Au service d’un corps naturel, affichant une mode féroce. Et faisant tout elle-même… McenzLee Kash. Je veux dire, c’est dans le nom, Kash 💸

Est-ce qu’elle te ressemble dans la vie civile ?

La différence entre McenzLee Kash, et Lee, est que McenzLee est beaucoup plus audacieuse et montre beaucoup plus de peau que Lee haha. Tous deux aiment la mode et la performance. Mais je dirais que McenzLee est la vraie Barbie que Lee a toujours voulue.

Mcenzlee Kash dragqueens.fr
by Terri Brown Creative

Tu as différents styles, est-ce qu’il y en a un que tu préfères porter ?

Mon style n’est pas très spécifique. Quand je suis sur scène, j’aime montrer ma peau et être sexy, en laissant les gens apprécier le mouvement de mon corps et mes sauts de cheveux. Mais pour les photos et les apparitions, c’est plus un moment de mode, avec des robes, très tapis rouge. J’essaie toujours de rassembler toutes mes inspirations, la semaine de la mode à Paris, Victoria’s Secrets, Burlesque Showgirl et aussi le street style.

Tu es clairement une fashion drag, c’est qu’elle quelque chose que tu aimes aussi dans la vie, j’imagine ?

Avant de me lancer dans le spectacle, je voulais étudier la mode. Cela a toujours été une grande partie de ma vie. Et maintenant je peux être ma propre muse et ma propre poupée Barbie grandeur nature. Je fais moi-même tous les vêtements que je porte, ce qui est une grande partie de mon Drag. Les filles qui m’entourent le savent, McenzLee portera toujours du sur-mesure. J’essaie toujours de créer mes propres looks ou de recréer quelque chose que j’ai vu à la semaine de la mode. Mais avec ma propre touche. Donc c’est toujours un grand amour pour moi, juste parce que je peux m’habiller moi-même avec des vêtements que j’ai créés pour mon corps.

Tu vis en Afrique du Sud, comment cela est vu là-bas de faire du Drag ? Et comment est la scène ?

En fait, j’ai commencé à faire du Drag pendant mon séjour en Europe, c’est assez drôle. Quand je suis revenue en Afrique du Sud, tout le monde ici n’avait vu que ce que je faisais sur les réseaux sociaux. Il y avait un concours de lip sync au moment où je suis retournée en Afrique du Sud. J’ai pensé que ce serait un bon moyen de présenter McenzLee Kash à la terre natale. J’ai fini par gagner le concours.

Personnellement, j’ai eu l’impression que beaucoup de gens ne m’ont pas bien accueillie, car « qui est cette nouvelle salope qui débarque en Afrique du Sud et s’empare d’une couronne ? ». Ce que je comprends. Mais j’ai alors évidemment établi un standard, et j’ai dû m’y conformer tout le temps. En entrant dans la salle de bal, peu de temps après, j’ai remporté le trophée de la catégorie « European runway ». Là encore, les gens qui me connaissaient personnellement ont adoré, alors que ceux qui ne me connaissaient pas n’étaient pas très contents.

Cela étant dit, il y a une scène, mais pas aussi importante qu’en Europe ou aux États-Unis. Je vois souvent que les drags ne travaillent qu’avec des personnes qu’elles connaissent. Ce qui, à mon avis, explique pourquoi la communauté ne se développe pas aussi rapidement qu’elle le pourrait. Ce que je peux dire, c’est qu’il y a toujours du Drag qui se passe quelque part ici. Donc nous grandissons, mais à petits pas.

Mcenzlee Kash dragqueens.fr
by Terri Brown Creative

Il y a beaucoup d’endroits pour se produire ?

J’ai appris en peu de temps, et c’est une pandémie mondiale, que si tu ne cherches pas toi-même des shows, ça n’arrivera pas. Donc il est important pour une dragqueen qui travaille d’approcher les lieux et de parler aux bonnes personnes. Beaucoup d’événements privés, comme les anniversaires, les mariages, les événements d’entreprises, réservent maintenant des Queens. Ce que je trouve absolument génial. Mais les bars et les clubs gays du Cap qui proposent des spectacles de drags, sont au nombre de trois environ. C’est donc une lutte, mais nous nous développons lentement.

Pour terminer, comment vois-tu évoluer McenzLee Kash ? As-tu des rêves que tu aimerais réaliser grâce à elle ?

J’ai mis les pieds dans la plupart des pays d’Europe, elle est, et sera toujours une reine internationale haha. Mais j’essaie vraiment d’entrer dans le monde commercial en tant que mannequin, en me produisant en dehors de l’Afrique du Sud. J’aimerais pouvoir faire un spectacle féminin qui tourne dans le monde entier. Je pense que c’est le but ultime de McenzLee Kash. Il y a aussi d’autres objectifs, comme défiler pendant la semaine de la mode à Paris, être invitée à se produire dans des lieux en Europe. Et pouvoir laisser ma marque dans autant de pays et de villes que possible. Je suis également obsédée par l’idée d’apparaître dans RuPaul’s Drag Race. Mais quand je mourrai, j’aimerais qu’on se souvienne de moi comme la Marilyn Monroe du Drag.

*****

 

Merci encore à Mcenzlee Kash d’avoir accepté mon invitation pour cette interview. N’hésitez pas à la suivre sur Instragram ici pour découvrir un peu plus son travail et ses projets. On lui souhaite de réussir et de la voir défiler prochainement.

Et si vous voulez découvrir d’autres interviews de drags de manière aléatoire, cliquez ici ou ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.