Roem, la Drag Queen Humanoïde

Roem, la Drag Queen Humanoïde

Le nom de Roem doit parler à celles et ceux qui ont regardé la première saison de RuPaul’s Drag Race Holland. Candidate malheureuse car éliminée dès la première émission.

Mais cela ne veut pas dire pour autant qu’elle n’a pas de talent, bien loin de là. Roem a accepté mon invitation pour revenir sur son parcours, son travail et son passage dans l’émission. Et je suis ravi de recevoir cette Drag Queen.

*****

 

Comment as-tu découvert le monde du Drag ?

La découverte du Drag a commencé à un très jeune âge pour moi. Il y avait une émission de télévision appelée “De Tv Kantine” qui m’obsédait. Ils y imitaient beaucoup de célébrités dans cette émission de sketchs parodiques. Je ne considère pas vraiment que c’est du Drag, mais quelque chose dans le maquillage, les perruques, les costumes et le processus de transformation captait mon attention.

Il était clair que j’étais obsédé par les parodies. Je me souviens avoir cherché sur youtube, à l’ancienne, toutes ces parodies de clips musicaux. Katy Perry, Kesha, Lady Gaga. Tout ce que vous voulez. Le plus drôle, c’est que cela m’a aussi fait découvrir les Drag Queens. Je me souviens avoir regardé cette vidéo de deux DragQueens faisant cette parodie de Téléphone quand j’avais 10 ou 11 ans. Je ne savais pas qu’il s’agissait de Peppermint et Sherry Vine. Grâce à cela, j’ai découvert ce qu’était réellement une Drag Queen.

Qu’est-ce qui t’a plu ?

Eh bien, tout d’abord, rien. J’avais une peur bleue de ces femmes d’une taille suspecte, avec leur maquillage bizarre, leurs manières et leurs voix graves. C’était probablement aussi à cause de mon éducation religieuse conservatrice. Au final, j’ai toujours été intrigué par tout cela. La créativité et la fantaisie derrière toute cette magie étaient quelque chose de très spécial pour moi. J’étais loin de me douter que cela allait devenir tout mon avenir.

roem interview dragqueens.fr

Est-ce qu’une personne ou un événement t’a aidé à franchir le pas ?

J’ai toujours fait du Drag en fait. Je me promenais avec des couvertures quand j’étais petit. J’ai acheté des perruques party city, parce que moi et mon ami voisin voulions nous produire comme nos stars musicales préférées. Plus tard, j’ai lancé une chaîne youtube où j’incarnais tous ces personnages comiques et, oui, ce n’étaient que des femmes. Les gens étaient toujours un peu bizarre, mais ils trouvaient ça fascinant et divertissant à la fois.

La découverte de Drag Race à 14 ans a été mon véritable début dans le monde du Drag. Un ami me l’a recommandé. Après avoir longtemps insisté, parce que “cette émission était faite pour moi”, selon eux, j’ai fini par la regarder. La quantité de créativité, d’inspiration et de clarté qui m’a envahie est quelque chose que je ne peux pas décrire. C’était ce moment “Ah-ah” pour moi. C’est ce que je devais faire.

Bien sûr, je ne pouvais pas parler à ma mère de cette nouvelle passion étrange, alors je lui ai dit que je voulais devenir maquilleuse. Elle m’a offert tout ce maquillage pour mon anniversaire. Et même mon premier stick iconique Kryolan TV Paint m’a été offert par elle. Mon père a fait cette trousse de maquillage avec des lumières dedans pour moi. C’était le plus mignon cadeau de tous les temps.

Tu te souviens de ta première fois en Drag ? As-tu une anecdote ?

Ma chambre était toujours pleine de ces vieilles perruques de fête. Alors, quand mes parents allaient à l’église, je me faufilais dans la salle de bains après avoir regardé de nombreux tutoriels de maquillage. Je volais le maquillage de ma soeur et j’essayais d’avoir le visage le plus fabuleux en deux heures, car c’était l’heure à laquelle mes parents rentraient. Quand j’entendais leur voiture se garer, je sautais dans la douche et je m’en débarrassais aussi vite que possible.

J’ai reçu ma première perruque front lace à l’automne 2015, et c’est là que la véritable magie a commencé à opérer. Je suis devenu rusé et j’ai fait tous mes costumes à partir de déchets. J’ai commencé à construire mon propre petit espace avec une lampe de chantier et mon appareil photo de téléphone. Quelques années plus tard, j’avais un vrai studio avec des fonds, des boîtes à lumière, des appareils photo, et j’ai participé à l’émission Drag Race. C’est tellement surréaliste.

En parlant de Roem, comment la décrirais-tu en quelques mots ?

Roem est un humanoïde dystopique cyberpunk. Au fond, c’est un robot mystérieux et intimidant qui vient d’une époque dystopique. Cela peut être le futur, le passé ou le présent. Le fait qu’elle soit un robot est plutôt un commentaire sur la société. Nous sommes tous obsédés par la technologie, les téléphones et nos personnalités numériques, mais nous oublions à quel point nous sommes humains. Je la vois comme ma muse cyborg que je peux transformer en n’importe quelle version d’elle pour dire ce que je veux.

roem interview dragqueens.fr

Ton surnom a-t-il une histoire pour toi ?

Roem, en hollandais, signifie Célèbre. Je savais que je voulais un nom court et mémorable pour mon personnage, qui puisse être un peu confus pour les gens, et qui ne soit pas vraiment un nom. En grandissant, les gens m’ont toujours dit que je deviendrais célèbre. Alors au lieu d’attendre, je suis devenu célèbre.

Tu as participé à la première édition de RuPaul’s Drag Race Holland. Outre la victoire, quel était ton objectif en participant à cette émission ?

J’avais une grande audience internationale sur les médias sociaux avant de participer à la Drag Race. En plus de vouloir l’élargir encore plus, je voulais aussi développer mon public néerlandais. Mon travail consistait à montrer qu’il n’est pas nécessaire de se produire, de danser, de faire du lypsinc ou de faire du bingo tous les vendredis soir. J’ai montré que le Drag avait de nombreuses formes et que, dans mon cas, elle était très numérique.

Tu as été éliminée au premier épisode malheureusement. Quel souvenir gardes-tu de cette émission ?

Drag Race était un rêve rose bizarre qui ne me semble toujours pas réel. Parfois, je me demande si je n’ai pas tout inventé dans ma tête. Avant de participer à Drag Race, je n’avais rencontré que quelques Queens, l’une d’entre elles étant Madame Madness. Bien sûr, je connaissais beaucoup de gens grâce au pouvoir des médias sociaux, mais je n’étais pas très présente dans la scène Drag. Donc, entrer dans la course a été très difficile pour moi. J’avais très peu d’attentes et je ne savais pas ce qui allait se passer. J’étais à la fois sur-préparée et sous-préparée.

roem interview dragqueens.fr

As-tu des regrets ou changerais-tu quelque chose si c’était à refaire pour rester plus longtemps ?

Je m’attendais à ce que l’émission soit centrée sur les défis comme la plupart des Drag Race. Mais si j’avais su que Drag Race Holland allait se concentrer principalement sur la mode au lieu des défis, j’aurais tout préparé dans une direction complètement différente. Comme le premier défilé par exemple. Je pense que j’aurais réussi beaucoup de défis. Mais mes défilés auraient pu être ma perte à plusieurs reprises. En fin de compte, je pense que c’est juste une émission de télévision et que cela ne dit rien de moi, de mes compétences et de mon talent. Je suis content que ça se soit passé comme ça. Mais cela ne veut pas dire que je n’aimerais pas reprendre cette hache de guerre une autre fois.

J’imagine que cela t’a quand même apporté de la notoriété et t’as ouvert des portes ?

Oh oui, c’est vrai. Les gens me reconnaissent souvent. J’ai acquis une toute nouvelle identité, j’ai pu travailler avec Cosmopolitan et faire toutes ces interviews et projets sympas. Vous vous souvenez de l’émission de télévision dont j’ai parlé au début, De TV Kantine ? J’y ai aussi participé ! On dirait que pour moi, la boucle est bouclée. J’en suis très reconnaissant. Les portes ne se ferment littéralement pas.

Tu es encore très jeune, as-tu déjà des projets pour Roem ? Comment la vois-tu évoluer ?

Je pense que l’âge n’a rien à voir avec le Drag ou le succès. J’ai fait sensation dans le monde entier avec RaPal Dark Res quand j’avais 16 ans et j’ai participé à Drag Race à 21 ans. Si je peux faire ça, je peux tout faire. Même si ça prend un peu plus de temps en période de pandémie. J’ai beaucoup de plans, d’idées et de concepts que je mijote depuis des années et qui n’attendent que d’éclater. Au bout du compte, Roem est un robot qui n’a qu’un seul objectif : conquérir le monde. Et elle ne s’arrêtera devant rien. Voulez-vous me rejoindre ?

Beaucoup d’amour, Roem.

*****

 

Merci encore à Roem pour son temps et ses réponses intéressantes. N’hésitez pas à la suivre sur son Instagram pour suivre son travail.

Découvrez d’autres Drag Queen participantes a des concours avec notamment Léona Winter (The Switch) ou Erika Klash (The Boulet Brother’s Dragula).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.