Semaine spéciale artisans : Jean Ranobrac

Semaine spéciale artisans : Jean Ranobrac

Jean Ranobrac c’est un nom très connu dans le milieu Drag. Il en a déjà shooté énormément et vous avez déjà vu son nom passer sur le site sous les crédits photos. Ce photographe et retoucheur de talent a accepté très gentiment et rapidement ma proposition d’interview.

Je le remercie d’avoir pris le temps de nous parler de son travail et de ses collaborations avec le monde Drag. Nous évoquons également à la fin un très joli projet de calendrier sur lequel nous reviendrons très vite sur le site.

*****

 

Pour commencer, est-ce que tu peux te présenter en quelques mots pour les lecteurs ?

Photographe depuis 10 ans, je suis passé par deux formations dans ce domaine : un BTS à Lyon puis l’école des Gobelins à Paris. Je suis arrivé à Paris il y a 4 ans pour cette école, et cela fait maintenant un an que j’ai gradué avec succès. J’aime les couleurs et les gens, et je prends des photos autant en studio que lors des fêtes. Pour moi, l’appareil est un catalyseur social !

Tu es très connu pour tes photos et portraits de Drags. Comment as-tu découvert cet univers ?

L’univers Drag est arrivé dans ma vie à un moment où j’étais en bas régime créatif. Je me suis dirigé vers ce domaine pour comprendre un peu mieux ces artistes et faire ainsi tomber mes préjugés à leur égard. Ce que j’y ai découvert m’a totalement subjugué. Les paillettes, les plumes, les rires et l’amour qui entourent ces personnes sont incroyables.

Au début, j’ai proposé à quelques Drags de les prendre en photo, pour mieux comprendre leur besoin. J’ai travaillé la lumière autour de leur maquillage, de leur perruque et de leur costume. J’ai été à leur écoute pour améliorer les photos en fonction de leur envie, de leur besoin.

jean ranobrac interview dragqueens.fr

C’est toujours toi qui contactes celles avec qui tu veux travailler ou l’inverse ?

Au départ, j’étais en demande auprès d’ielles. Puis progressivement ielles sont venu.e.s vers moi. La spécificité des Drags est qu’ielles ont besoin très souvent de photos, leurs looks évoluant à chaque sortie. Elles ont besoin du catalogue de look, et la pression des réseaux sociaux à nourrir le public virtuel d’images accentue encore ces besoins. Désormais, après un trop-plein de travail avec cette communauté (en 2019 j’ai fait en moyenne 3 photos de Drag par jour) je me concentre sur des projets plus conséquents. Tout en prenant le temps de m’appliquer et d’apprécier les images en les faisant mûrir à leur juste valeur.

Est-ce que le travail est le même selon que ce soient des portraits « classiques » ou de Drags ?

C’est totalement différent. Là où on prend en photo un comédien ou une personne lambda, on veut cristalliser son identité. Avec les Drags, on peut pousser beaucoup plus loin puisque justement un nouveau personnage est créé. Ça choque beaucoup moins de voir une photo de Drag avec 4 bras qu’avec une personne lambda. Le panel de retouche et de créativité est donc énormément plus large.

Qui propose le thème des photos ? Tu intègres tes idées ou tu suis l’univers des artistes ?

Lors de projets bien spécifiques, on élabore ensemble les couleurs et les looks. Mais généralement, les Drags arrivent chez moi sans que je n’aie trop d’indications de leur look. Je me calque alors sur ce qu’ielles me proposent. Et après une première retouche, on avance ensuite ensemble sur la finalisation de l’ambiance.

jean ranobrac interview dragqueens.fr

Y a-t-il des Queens avec qui tu n’as pas encore collaboré et que tu adorerais avoir devant ton objectif ? Françaises ou internationales.

J’ai un profond respect pour le travail de Hungry (Berlin), et j’aimerais beaucoup avoir l’opportunité un jour de faire un beau shooting avec elle. Sinon de manière générale, j’adore voyager dans différentes villes de France et rencontrer les Dragqueens de ces communautés (comme à Bordeaux, Lyon, Montpellier…). J’aimerais beaucoup continuer ce tour des villes, quand les événements Drags auront de nouveaux lieux !

Je vais avoir bientôt Icee Drag On pour en parler. Mais peux-tu toi aussi évoquer en quelques mots le travail que tu as effectué pour le Calendrier Queer ?

Lorsque l’équipe du calendrier m’a contacté pour ce projet, j’ai été tout de suite emballé ! L’idée de réunir beaucoup de Drags sur un projet photo commun est une idée qui me trottait dans la tête depuis un moment. Mais je n’avais pas eu le courage de manager tout ça. Ça a été très confortable pour moi de m’appliquer uniquement à faire ce que je sais faire de mieux, prendre des photos et les retoucher ! Ça a été une grosse quantité de travail, et le résultat me plaît énormément. Et ça a été de beaux moments de revoir tout ce beau monde dans cette période où les occasions se font rares.

*****

Merci encore à Jean Ranobrac de m’avoir accordé un peu de son temps. Pour découvrir son travail, n’hésitez pas à consulter son travail ici sur son site. Vous y trouverez toutes les informations si vous désirez collaborer avec ce photographe. Et nous reparlerons dès lundi du fameux calendrier Queer évoqué plus haut.

Découvrez les interviews de mes autres invités de cette semaine spéciale : Axel Boursier, Bruno Hastier, Nicolas Deschaux et Valérie Moaté.

Vous aimez le site ? N’hésitez pas à laisser un petit mot dans le livre d’or ou à faire un petit don en cliquant ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.